NOUVELLES

La presse néerlandaise "sous le choc", cherche les responsables du crash aérien en Ukraine

18/07/2014 02:27 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT

La presse néerlandaise, "sous le choc" et dénonçant un "meurtre affreux", tentait vendredi de trouver les responsables du crash aérien dans l'est de l'Ukraine ayant coûté la vie à 298 personnes, dont au moins 154 Néerlandais.

"Sous le choc", titrait le quotidien populaire Algemeen Dagblad alors que le Telegraaf évoquait "un meurtre affreux" et "une attaque terroriste". "Une vague de tristesse et de désarroi", assurait de son côté le quotidien de centre-gauche Volkskrant.

Images de la carcasse ou des passeports néerlandais retrouvés en Ukraine, cartes explicatives, photos de victimes ou de leurs proches en pleurs apprenant la terrible nouvelle, la presse consacrait non seulement ses premières pages, mais aussi de larges dossiers à la catastrophe.

Car les circonstances du crash sont encore floues alors que des responsables américains assurent que l'avion a été abattu par un missile sol-air.

"Qui a abattu le vol MH17 au-dessus de l'Ukraine?", s'interroge d'ailleurs l'Algemeen Dagblad.

L'avion de la compagnie Malaysia Airlines s'est écrasé dans une zone contrôlée par les rebelles prorusses. Kiev et les rebelles se sont immédiatement mutuellement accusés d'être à l'origine du tir supposé.

"Tout semble indiquer qu'il s'agit des rebelles prorusses", affirme le quotidien de centre-gauche de Volkskrant, selon lequel "la catastrophe aérienne met Vladimir Poutine dans l'embarras".

"Les rebelles prorusses ont enregistré hier une défaite qui pourrait bien marquer la mort de leur résistance de quatre mois contre le gouvernement ukrainien", poursuit le quotidien, soulignant que "les rebelles gagnaient justement du terrain ces derniers jours avec l'appui de Moscou".

Le quotidien NRC se veut plus prudent et soutient : "il y a surtout beaucoup de questions et il n'y a pas encore de réponse à chacune d'entre elles". "Est-ce que MH17 a été abattu et si oui, par qui?", "que disent l'Ukraine et la Russie au sujet de ce crash?".

Enfin, le Volkskrant explique qu'il s'agit "d'une des pires catastrophes aériennes de l'histoire des Pays-Bas".

Ce crash est le deuxième plus meurtrier de l'histoire des Pays-Bas, selon l'agence de presse néerlandaise ANP : en 1977, deux Boeings 747 entrent en collision à l'aéroport de Ténérife, dans les Iles Canaries, faisant 583 morts, dont 238 Néerlandais.

ndy/mbr/ml

PLUS:hp