NOUVELLES

Gaza, territoire surpeuplé et pauvre sous férule du Hamas et blocus d'Israël

18/07/2014 11:34 EDT | Actualisé 17/09/2014 05:12 EDT

La bande de Gaza, sous le feu de l'opération "Bordure protectrice" menée par Israël dans le but d'anéantir les infrastructures du Hamas, est une enclave palestinienne pauvre et surpeuplée contrôlée par le mouvement islamiste.

L'offensive israélienne a été déclenchée le 8 juillet par des raids aériens avant de s'étendre à un assaut terrestre lancé jeudi soir avec l'objectif de faire cesser les tirs de roquettes sur Israël. Au total plus de 274 Palestiniens ont été tués et plus de 2.000 blessés.

Gaza a déjà été dévastée par une offensive israélienne aérienne et terrestre en décembre 2008-janvier 2009, qui a fait plus de 1.400 morts palestiniens, selon des sources palestiniennes. Les cycles de violences se sont poursuivis depuis, avec une succession de raids aériens israéliens et des tirs de roquettes palestiniens.

Située au sud-ouest d'Israël et limitrophe de l'Egypte, la bande de Gaza est un territoire exigu de 362 km2, long de 45 km, large de 6 à 10 km situé en bordure de la Méditerranée. S'y entassent 1,8 million de Palestiniens, soit l'une des densités de population les plus fortes au monde.

L'enclave, évacuée unilatéralement en 2005 par Israël, est devenue depuis mars 2006 le siège de fait du gouvernement palestinien dominé par le Hamas depuis sa victoire aux élections législatives, alors que l'Autorité palestinienne s'est repliée sur la Cisjordanie.

La situation économique et humanitaire déjà très précaire, s'est dégradée notamment en raison des sanctions imposées par Israël après le coup de force du Hamas qui mit fin au partage du pouvoir avec le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas en juin 2007.

Israël, qui impose un blocus à la bande de Gaza depuis la capture en juin 2006 d'un de ses soldats, libéré en 2011, contrôle de façon stricte espace aérien, eaux territoriales, trafic de marchandises et mouvements migratoires.

Le terminal frontalier de Rafah est l'unique accès au territoire palestinien qui ne soit pas contrôlé par Israël. Mais depuis la destitution du président égyptien Mohamed Morsi en juillet 2013, Le Caire ferme très régulièrement le passage et ne l'ouvre qu'épisodiquement, notamment pour laisser passer des convois humanitaires.

L'armée égyptienne a aussi détruit une grande partie d'un réseau de tunnels qui permettait au Hamas de se ravitailler en armes et en argent.

La bande de Gaza, dépourvue de ressources naturelles, souffre d'un pénurie chronique d'eau et ne compte presque aucune industrie. Après l'occupation, la moitié des terres cultivables et 85% des ressources halieutiques sont devenues inaccessibles (ONU, rapport 2012).

Plus de 80% des habitants du territoire dépendent de l'aide internationale, et plus de 40% vivent sous le seuil de pauvreté (rapport Cnuced). Le taux de chômage y avoisine les 30% de la population active, voire 45% pour les jeunes, selon les institutions financières internationales.

Début juin, étranglé par le blocus israélien et la fermeture de la frontière avec l'Egypte, le Hamas a accepté la réconciliation avec le Fatah (nationaliste) du président Abbas et la formation d'un gouvernement d'union, mais cette réconciliation reste très fragile.

bur-acm/hj

PLUS:hp