NOUVELLES

Crash en Ukraine: les séparatistes prorusses d'accord pour un accès sûr aux enquêteurs internationaux (OSCE)

18/07/2014 01:57 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT

Les séparatistes prorusses sont d'accord pour permettre à des enquêteurs internationaux un accès sûr et sans entraves au site du crash aérien en Ukraine, a annoncé vendredi l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe).

Lors d'une visioconférence du "groupe de contact" sur l'Ukraine (OSCE, Ukraine, Russie) qui s'est tenue avec la participation des insurgés, ces derniers ont accepté d'offrir "un accès sûr (...) à une commission nationale d'enquête, comprenant des enquêteurs internationaux", ainsi qu'aux observateurs de l'OSCE, a indiqué l'organisation dans un communiqué.

Les représentants des groupes séparatistes se sont aussi engagés à "en priorité (...) fermer le site de la catastrophe et permettre aux autorités locales de commencer les préparatifs pour la récupération des corps", a ajouté l'OSCE.

Ils s'engagent aussi à coopérer "avec les autorités compétentes d'Ukraine sur toutes les questions pratiques" qui vont se poser dans le cadre de la récupération des restes des corps et de l'enquête, selon le communiqué.

Le crash de l'avion malaisien transportant 298 personnes dans une zone ravagée par un conflit suscitait vendredi la consternation de la communauté internationale, Washington appelant à une enquête "sans entrave" alors que des experts américains avançaient le tir d'un missile.

Dans un communiqué séparé, le président de l'OSCE, Didier Burkhalter, a demandé une enquête "impartiale" sur "les circonstances qui ont conduit à cette tragédie" et a salué la décision des autorités ukrainiennes et des séparatistes prorusses de coopérer avec des experts internationaux.

"L'OSCE se tient prête à aider l'Ukraine", a-t-il ajouté.

"Trop de civils innocents sont déjà morts dans ce conflit", a-t-il dit.

"Il est de la responsabilité commune de tous de faire passer la sécurité des gens en premier et de redoubler maintenant d'efforts pour oeuvrer à un cessez-le feu durable", a-t-il ajouté.

Des experts des services de renseignement américains estiment que le Boeing 777 de Malaysia Airlines, parti d'Amsterdam pour Kuala Lumpur, a été abattu par un missile sol-air dont l'origine reste cependant encore incertaine.

Les autorités de Kiev et les rebelles se sont immédiatement accusés d'être à l'origine d'un tir supposé avoir causé la catastrophe, sans qu'aucun élément matériel ne permette d'en attribuer solidement le responsabilité.

Sur le lieu du crash, où gisent éparpillés un grand nombre de corps, aucun signe d'éventuels survivants n'était visible jeudi soir.

apo/ml

PLUS:hp