NOUVELLES

Ukraine: le Parlement européen pour un embargo sur les ventes d'armes à la Russie

17/07/2014 08:20 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT

Le Parlement européen a appelé jeudi à un embargo sur les ventes d'armes à la Russie, qui devrait rester en vigueur "jusqu'à ce que la situation dans l'Est de l'Ukraine se soit normalisée".

Dans une résolution adoptée en séance plénière à Strasbourg, les députés européens estiment que Moscou doit "s'engager véritablement à participer à des négociations en vue d'une résolution pacifique et à user de son influence, qui est bien réelle, pour que cesse toute violence" en Ukraine.

La Russie doit montrer qu'elle est "réellement déterminée à ne plus envenimer la crise", selon le Parlement. Pour cela, elle doit "endiguer le flux continu" d'hommes armés et d'armes qui passent de Russie en Ukraine, "réduire immédiatement le volume des troupes qu'elle a déployées le long de sa frontière avec l'Ukraine", et enfin "user de son pouvoir sur les rebelles et les mercenaires pour les contraindre à respecter le cessez-le-feu, à rendre les armes et à se replier sur la Russie", affirment les parlementaires.

Le Parlement européen se dit par ailleurs "profondément préoccupé" par les violations des droits de l'homme dans l'Est de l'Ukraine et en Crimée, notamment "la torture, l'assassinat et la disparition forcée de journalistes et de militants" du fait de "rebelles et de mercenaires aiguillonnés par la Russie".

Le Parlement demande en outre la "remise en liberté immédiate" de la pilote militaire ukrainienne Nadejda Savtchenko, arrêtée le 9 juillet en Russie, ainsi que celle de "tous les otages retenus en Ukraine ou en Russie".

Enfin les parlementaires réunis à Strasbourg estiment "inacceptables" les mesures de rétorsion commerciales prises par Moscou contre plusieurs des pays ayant signé des accords de libre-échange avec l'UE (Ukraine, Moldavie et Géorgie).

Les États-Unis ont durci mercredi soir leurs sanctions contre la Russie, qu'ils accusent de soutenir les séparatistes prorusses combattant les forces de Kiev dans l'Est de l'Ukraine depuis plus de trois mois. Les Européens, pour leur part, ont pris des sanctions de moindre ampleur, gelant des programmes menés en Russie par la Banque européenne d'investissement (BEI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

La Russie a vivement réagi jeudi, en menaçant les Occidentaux d'une riposte "douloureuse".

ab/cel/bir

PLUS:hp