NOUVELLES

Négociations au Caire, combats autour de Gaza

16/07/2014 04:59 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
Israeli soldiers, backdropped by the national flag, sit on their armored personnel carrier as they clean their weapons, at a staging area on the Israel Gaza border on Sunday, July 13, 2014. Israel briefly deployed ground troops inside the Gaza Strip for the first time early Sunday as its military warned northern Gaza residents to evacuate their homes, part of a widening offensive that has killed more than 160 Palestinians. (AP Photo/Lefteris Pitarakis)

Les tirs de roquettes et de missiles ont repris jeudi à Gaza, dès l'échéance du cessez-le-feu obtenu par l'ONU. Les hostilités ont ainsi repris leurs droits pendant que des négociations en vue d'un accord de cessez-le-feu global se déroulent toujours au Caire, en Égypte.

Une roquette palestinienne - qui s'est abattue dans un terrain vague de la ville d'Ashkelon, dans le sud d'Israël - a marqué la fin de la fragile trêve entre les deux partis.

L'aviation israélienne a répliqué avec une série de trois frappes contre la bande de Gaza. Un premier raid a touché une zone inhabitée - Beit Lahiya - dans le nord de la bande de Gaza. Une deuxième frappe a ciblé le quartier de Chajaya, dans l'est de la Ville de Gaza, pendant qu'une troisième attaque visait un camp de réfugiés du centre du territoire palestinien.

Les attaques n'ont fait aucune nouvelle victime, selon les services d'urgence. Le bilan s'élève toutefois à 224 morts du côté palestinien et un du côté israélien depuis le début des frappes, il y a 10 jours. Mercredi, 130 roquettes ont été tirées en direction de l'État hébreu et un bombardement de la marine israélienne a coûté la vie à quatre enfants sur une plage de Gaza.

Espoir au Caire

Pendant que le bruit des armes retentit de nouveau à Gaza, les négociations entourant un accord de cessez-le-feu se poursuivent en Égypte. Israël a prétendu être parvenu à une entente avec le Hamas, plus tôt dans la journée, mais ce dernier a démenti l'information. Le Hamas a souligné que des négociations étaient toujours en cours, mais qu'aucun accord n'était encore conclu.

« Les informations sur un accord de cessez-le-feu sont inexactes », a déclaré le porte-parole du Hamas Sami Abou Zouhri à l'AFP. « Des efforts sont en cours, mais il n'y a pas d'accord pour le moment ».

« Les contacts continuent, les discussions et les rencontres se poursuivent toujours, espérons qu'il en sortira quelque chose pour stopper ça », a ajouté le directeur du département de presse du Hamas à Gaza, Ihab Ghoussein.

Un représentant du Fatah, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas, a confirmé qu'un accord de cessez-le-feu était « sur la table », mais qu'il n'était pas encore approuvé.

Les autorités égyptiennes, qui agissent à titre de médiateur entre les deux camps, sont dans l'impossibilité de confirmer la conclusion d'un accord pour le moment. Le Hamas a rejeté, mardi, une première mouture d'un accord de cessez-le-feu soumise par l'Égypte. Israël l'avait toutefois acceptée.

Une troisième tentative

Il s'agirait d'une troisième interruption des hostilités depuis le début des frappes aériennes israéliennes le 8 juillet dernier. Une première trêve unilatérale, décrétée par Israël, mardi n'avait pas été respectée par le Hamas. Une trêve humanitaire de cinq heures a également été obtenue par l'ONU, jeudi.

Observée par Israël, cette trêve humanitaire a permis aux Gazaouis de se réapprovisionner et de réparer une partie des infrastructures endommagées par les frappes après près de 10 jours de bombardements. Les résidents de Gaza se sont ainsi rués dans les banques, les épiceries et les magasins.

Quelques minutes avant le début du cessez-le-feu, trois Palestiniens ont été tués à Rafah par un tir de char israélien, dans le sud de la bande de Gaza. Quatre autres personnes ont été grièvement blessées par ce tir sur une maison de Rafah.

Trois Israéliens inculpés pour le meurtre d'un jeune Palestinien

Par ailleurs, trois jeunes juifs ont été inculpés jeudi par le parquet israélien pour l'enlèvement et le meurtre du jeune Palestinien brûlé vif. Cet acte est assimilé à des représailles aux meurtres de trois jeunes Israéliens.

L'identité des trois personnes n'a pas été dévoilée. Mais selon un communiqué de presse du ministère de la Justice, il s'agit d'un homme de 29 ans, résident de la colonie d'Adam en Cisjordanie et de deux mineurs de 16 ans, membres de sa famille. L'un réside à Jérusalem et l'autre à Beit Shemesh, à l'ouest de Jérusalem en Israël.

L'adulte ainsi que l'un des mineurs ont également été accusés de tentative d'enlèvement et de séquestration d'un enfant palestinien de sept ans, ainsi qu'une tentative d'incendie contre des voitures appartenant à des Palestiniens. Enfin, deux des inculpés sont accusés d'avoir incendié un magasin palestinien dans la localité d'Izmeh, un village de Cisjordanie.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les négociations israélo-palestiniennes depuis 1993