DIVERTISSEMENT

Fantasia 2014: 5 films bizarres à ne pas manquer (PHOTOS)

17/07/2014 06:09 EDT | Actualisé 17/07/2014 06:36 EDT
Courtoisie

En bon festival de films de genre, l’horreur, l’hémoglobine et les tronçonneuses sont aux rendez-vous pour la 18e édition de Fantasia. Mais à travers ce programme riche en émotions fortes, des curiosités peuvent toujours surgir.

Le Huffington Post Québec vous présente les cinq œuvres les plus bizarroïdes de l’événement.

LIFE AFTER BETH de Jeff Baena

C’est bien connu, les zombies aiment manger de la chair fraîche. Mais vous n’en verrez sûrement jamais d’aussi affamée que Beth, une morte-vivante boulimique de viande humaine. Avant de devenir cette «charmante» créature, la jeune femme menait pourtant une existence normale avec Zack, son sympathique amoureux. Depuis, les choses ont bien évoluées puisque Beth est devenue une dévoreuse insatiable.

Malgré ses yeux exorbités et sa mâchoire aux dents acérées, on tombe assez vite sous le charme du personnage principal porté à bout de bras par l’actrice Aubrey Plaza qui incarne un zombie franchement hilarant. Son copain Zack est joué par l’acteur Dane DeHaan (The Amazing Spider-Man 2). Ensemble, les deux comédiens aux carrières très prometteuses forment un duo réussi dans cette comédie romantique réalisée par l’Américain Jeff Baena. Un nom à retenir.

Le texte se poursuit après la galerie photos:

Fantasia 2014 - 5 films bizarres à ne pas manquer

WOLFCOP de Lowell Dean

Des policiers, il y en a de toute sorte. Avec ce pur film de série B assumé, le Canadien Lowell Dean en a imaginé un mi-loup mi-homme portant l’uniforme de police. Pourquoi pas. Les monstres poilus ont aussi le droit de rendre justice, surtout que celui-ci, un peu trop penché sur la boisson, a quelques comptes à régler avec plusieurs criminels de son coin.

NUIGULUMAR Z de Noboru Iguchi

Des zombies prêts à attaquer tout ce qui bouge, un ourson en peluche et une jeune héroïne tout habillée de rose et dotée de pouvoirs fantastiques, tenez-vous bien, car le film du Japonais Noboru Iguchi risque sans doute de vous déconcerter. Et ce n’est pas au fil de son récit éclaté que vous trouverez un quelconque soulagement. En fait, il n’y a pas beaucoup de choses à comprendre dans cette histoire alambiquée, mais totalement jouissive. Il suffit de se laisser emporter par sa folie communicative pour comprendre que ce film est surtout une invitation à l’univers acidulé d’un Nippon qui refuse toujours de grandir.

MISS GRANNY de Hwang Dong-hyuk

Tout droit de la Corée du Sud nous arrive Miss Granny, une comédie dramatique mettant en scène une veuve de soixante-quatorze ans qui se sent rejeté par sa famille. Tout va bientôt changer lorsque soudainement la vieille dame retrouve ses vingt ans après un mystérieux passage dans un studio de photo. Occasion rêvée pour se refaire une seconde jeunesse. Sur le mode de l’humour, Hwang Dong-hyuk aborde toutefois un sujet grave, celui qui concerne toutes ces personnes qui souffrent, parce que considérées trop vieilles pour être utiles.

THE MAN IN THE ORANGE JACKET de Aik Karapetian

Comme son titre l’indique en anglais, la figure énigmatique du premier long métrage d’horreur réalisé en Lettonie (c’est Fantasia qui le dit!) est un homme qui porte une veste orange. Hormis le détail vestimentaire, on n’en saura pas plus sur l’identité d’un meurtrier dont les victimes sont soigneusement choisies selon leurs conditions sociales. Le réalisateur d’origine arménienne, Aik Karapetian, s’intéresse à la lutte des classes version moderne avec ce slasher sociologique résolument tourné sur le sordide. Une œuvre à vous faire dresser les cheveux sur la tête.

Fantasia se déroule du 17 juillet au 5 août.