NOUVELLES

Développement de missiles: le Japon décide de coopérer avec la Grande-Bretagne et les Etats-Unis

17/07/2014 07:02 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT

Le Japon va collaborer avec la Grande-Bretagne au développement d'un missile pour avion-chasseur, et un industriel nippon va fournir des pièces pour un dispositif de missile américain, a annoncé jeudi le gouvernement japonais.

Ces coopérations annoncées dans la soirée par le ministère de la Défense ont été approuvées dans l'après-midi par le Conseil de sécurité nationale japonais (NSC).

C'est la première fois que cette instance nouvelle calquée sur celle des Etats-Unis et voulue par le Premier ministre de droite Shinzo Abe prend une telle décision.

Dans le cas de la coopération avec la Grande-Bretagne, il s'agit de codéveloppement dans le cadre du programme de missile Meteor développé par le groupe européen MBDA. Ce type de missile est notamment destiné à être monté sur le chasseur américain F-35 qu'a choisi l'armée de l'air nippone.

Dans le second cas, avec les Etats-Unis, il s'agit de l'exportation par le groupe d'industries lourdes Mitsubishi Heavy Industries (MHI) de capteurs destinés à être utilisés dans le système de missiles de défense PAC-2 (Patriot Advanced Capability-2) qui doit être vendu au Qatar.

Ces annonces interviennent alors que le Japon a décidé le 1er avril de lever, sous certaines conditions, l'interdiction qu'il s'était imposée de vendre des armes à l'étranger.

Il peut aussi désormais participer à des programmes d'armement internationaux.

Ces nouvelles règles, qui remplacent une prohibition datant de 1967 renforcé en 1976, autorisent le développement et la production d'armes en partenariat avec les Etats-Unis et des pays européens, et l'exportation d'équipements militaires à des fins pacifiques et humanitaires, comme dans le cas de missions de maintien de la paix de l'ONU.

Tokyo peut aussi exporter du matériel militaire à des pays qui se situent le long de voies maritimes par lesquelles transitent les vitales importations de pétrole et de gaz du Japon.

Selon les nouvelles règles, il s'interdit toutefois les exportations d'armes qui pourraient représenter une menace pour la paix et la sécurité mondiales, et le gouvernement s'assurera au préalable contre tout risque de ré-exportation vers un pays tiers.

Dans le cas des capteurs de Mitsubishi Heavy, le Japon estime que le système de missiles de défense destiné au Qatar ne risque pas d'envenimer un conflit en cours.

hih-kap/anb/ml

PLUS:hp