NOUVELLES

Colombie : un ex-ministre d'Uribe condamné à 17 ans de prison pour détournement de fonds

17/07/2014 05:12 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT

Un ex-ministre de l'ancien président conservateur de la Colombie Alvaro Uribe (2002-2010) a été condamné jeudi par la Cour suprême à 17 ans de prison et plus de 16 millions de dollars d'amende pour détournement de fonds publics et favoritisme.

L'ancien ministre de l'Agriculture Andrés Felipe Arias a écopé précisément de 209 mois et huit jours de prison, selon le jugement de la Cour, a indiqué à l'AFP une source au sein de cette juridiction.

M. Arias est en outre interdit d'exercer toute charge publique sur la même durée et devra s'acquitter d'une amende de 50.000 salaires minimum (environ 16,4 millions de dollars) pour des délits commis dans le cadre d'un programme de soutien aux petits paysans (nommé AIS), a précisé la presse locale.

Economiste reconnu, M. Arias, qui avait vainement tenté de briguer une candidature à la présidentielle de 2010 au nom du Parti conservateur, était absent à l'énoncé du jugement.

Un mandat d'arrêt a été émis contre lui à l'issue de la lecture de la décision, alors qu'il se trouve à Miami (sud-est des Etats-Unis) depuis plusieurs semaines, selon le gouvernement.

La Cour suprême avait indiqué début juillet que M. Arias "avait favorisé des secteurs agricoles spécifiques" lors de la mise en place du programme AIS, créé par le gouvernement Uribe pour venir en aide aux paysans affectés par un traité de libre échange signé entre la Colombie et les Etats-Unis.

Plusieurs anciens responsables politiques ou hauts personnages de l'Etat de l'ère Uribe ont eu maille à partir avec la justice ces dernières années, souvent accusés de corruption et de collusion avec les milices para-militaires d'extrêmes sévissant contre les guérillas de gauche à l'oeuvre de le pays.

On compte notamment parmi eux un ex-chef des services secrets, Jorge Noguera, condamné en 2011 à 25 ans de réclusion pour homicide et association de malfaiteurs avec des milices, ou deux anciens présidents du Congrès, Luis Humberto Gomez Gallo et Mario Uribe.

ad/pcp/yow/hdz

PLUS:hp