NOUVELLES

Brésil: en attendant le successeur de Scolari, la Seleçao change de N.2

17/07/2014 01:37 EDT | Actualisé 16/09/2014 05:12 EDT

En attendant de désigner le successeur de Luiz Felipe Scolari comme sélectionneur, sans doute la semaine prochaine, la Fédération brésilienne de football a nommé jeudi le futur N.2 à la tête de la Seleçao.

A la place de Carlos Alberto Parreira, le coach des Brésiliens champions du monde en 1994, le nouveau coordinateur technique de la Seleçao sera Gilmar Rinaldi, a annoncé la CBF jeudi, lors d'une conférence de presse à Rio de Janeiro.

Gilmar, 55 ans, troisième gardien de la Seleçao lors du Mondial 1994 aux Etats-Unis, a aussitôt déclaré qu'il allait d'abord s'atteler "à beaucoup écouter". "Nous ne voulons pas copier qui que ce soit. Le plus important maintenant est de définir ce que nous voulons", a-t-il insisté.

Humiliée 7-1 en demi-finale par les futurs champions du monde allemands, l'équipe du Brésil devra encore attendre par contre pour connaître le nom de son nouveau patron, même si Jose Maria Marin, président sortant de la CBF, qui cédera son poste à Marco Polo Del Nero en 2015, a laissé entendre que le candidat idéal avait d'ores et déjà été identifié.

"Nous pensons annoncer le nouveau sélectionneur au début de la semaine prochaine. Si tout se déroule comme nous l'espérons, j'espère revenir bientôt à cette même place pour une autre annonce", a déclaré M. Marin, au siège de la CBF.

Le nom actuellement sur toutes les lèvres au Brésil pour remplacer Scolari est Tite, ancien entraîneur des Corinthians de Sao Paulo, même si certains, tout en craignant une +européanisation+ de la Seleçao, souhaiteraient la nomination d'un coach étranger.

'Aucun nom'

"Nous avons beaucoup discuté. Nous sommes en contact, mais je ne donnerai aucun nom", a seulement lâché Gilmar, pressé par les journalistes brésiliens sur l'hypothèse Tite, alias Adenor Leonardo Bacchi, vainqueur de la Copa Libertadores et de la Coupe du monde des clubs avec les Corinthians, aux dépens des Londoniens de Chelsea, en 2012.

Muricy Ramalho serait une autre solution brésilienne, avant la prochaine Copa America au Chili. Initialement choisi pour remplacer Dunga, le sélectionneur en place lors du Mondial 2010, il avait été alors bloqué par son club de Fluminense. Muricy avait ensuite mené Santos à la victoire en Copa Libertadores, avec Neymar à la pointe de son attaque.

Malgré la sortie par la petite porte de la sélection brésilienne, devant son public, avec ces deux défaites, en demi-finale d'abord contre l'Allemagne puis lors de la "petite" finale contre les Pays-Bas (3-0), le président de la CBF a tenu à rendre hommage à Scolari et Parreira: "Des cinq étoiles de champions du monde que nous portons sur le maillot, Scolari en a apporté une et Parreira une autre. Nous devons les respecter".

bur/cw/as/ol/jgu

PLUS:hp