NOUVELLES

Violences en Libye: l'espace aérien dans l'ouest fermé à nouveau, à cause d'une grève (ministère)

16/07/2014 08:36 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT

L'espace aérien dans l'ouest libyen a été fermé à nouveau mercredi soir en raison d'une grève des contrôleurs aériens pour dénoncer l'attaque contre l'aéroport international de Tripoli, a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère du Transport.

"L'aéroport de Misrata et Miitiga ont été fermés à nouveau à partir de ce soir à cause d'une grève des contrôleurs aériens qui dénoncent l'attaque contre l'aéroport de Tripoli ", a déclaré Trek Ourwa.

Les autorités libyennes avaient annoncé mardi soir dans un communiqué la reprise des vols à l'aéroport de Misrata (200 km à l'ouest de Tripoli) et l'ouverture de celui de Miitiga, à 15 km à l'est de la capitale libyenne, pour pallier la fermeture depuis dimanche de l'aéroport de Tripoli.

Des vols charters ont été assurés mercredi par les compagnies nationales depuis ces deux aéroports pour permettre notamment le retour de milliers de voyageurs bloqués dans plusieurs aéroports dans le monde.

Toutefois, selon une source aéroportuaire, deux avions venant de Düsseldorf (Allemagne) et Le Caire ont été déroutés mercredi soir vers l'aéroport de Djerba dans le sud de la Tunisie voisine, en raison de la grève des contrôleurs aériens.

L'aéroport international de Tripoli, où des milices cherchent à déloger des brigades anti-islamistes, a été le théâtre mercredi pour le quatrième jour consécutif de tirs de roquettes et de mortiers.

Les combats ont éclaté dimanche après une attaque lancée par les milices islamistes appuyées par des groupes armés de la ville de Misrata, qui ont tiré depuis des dizaines de roquettes sur l'aéroport international contrôlé depuis 2011 par des brigades de la ville de Zenten (170 km au sud-ouest de Tripoli), considérées comme le bras armé du courant libéral.

Plusieurs installations et plus d'une dizaine d'avions ont été endommagés à l'aéroport qui a été fermé initialement pour trois jours en raison des combats, mais les vols ne pourront reprendre que "dans plusieurs semaines, voire plusieurs mois", selon une source aéroportuaire.

Le porte-parole du ministère du Transport a précisé à l'AFP qu'aucune nouvelle date n'a été fixée encore pour la réouverture de l'aéroport, en raison de la poursuite des violences.

Les autorités libyennes peinent à contrôler les milices armées qui font la loi dans le pays depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Mercredi elles ont appelé à nouveau à la cessation des combats, en vain.

ila/mpd

PLUS:hp