NOUVELLES

Ukraine: Washington accentue sa pression sur Moscou en sanctionnant Rosneft

16/07/2014 05:16 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont étoffé mercredi leurs sanctions économiques contre la Russie pour son rôle dans la crise en Ukraine, en visant notamment le géant russe des hydrocarbures Rosneft.

"En imposant des sanctions à des entités du secteur financier et énergétique, le Trésor (américain) a augmenté les coûts de l'isolement économique de la Russie", assure le Trésor dans son communiqué.

Rosneft, à l'influence grandissante depuis qu'il est dirigé par un proche du président Vladimir Poutine, Igor Setchine, voit ainsi ses éventuels avoirs aux Etats-Unis gelés.

Les sanctions interdisent également aux entreprises américaines de mener des transactions avec le géant russe, devenu début 2013 le premier producteur de pétrole coté en Bourse dans le monde.

Le nouveau round de sanctions annoncé mercredi vise également la banque du géant gazier russe Gazprom, Gazprombank, et la banque publique russe VEB, qui compte le Premier ministre russe Dmitri Medvedev parmi ses dirigeants, selon le communiqué du Trésor.

Ces nouvelles mesures américaines étaient réclamés par les autorités ukrainiennes qui accusent Moscou de soutenir les séparatistes sur fond d'une nette aggravation de tensions dans l'Est rebelle.

L'administration Obama assure, elle, répondre aux "tentatives répétées de la Russie de déstabiliser l'est de l'Ukraine" et à son "occupation" de la Crimée, indique le communiqué du Trésor.

Les Etats-Unis ont également placé mercredi sur leur liste noire les autorités séparatistes de Donetsk et de Lougansk, qui tentent de faire sécession dans l'Est de l'Ukraine et qui ont proclamé leur autorité sans "l'assentiment" de Kiev, assure le Trésor.

Alexandre Borodai, le "Premier ministre" de la République de Donetsk autoproclamé par les pro-russes, est lui directement visé par Washington pour les "menaces" qu'il fait peser sur la paix, assure le communiqué du Trésor.

Deux hauts responsables russes -- un des dirigeants des services secrets, Sergueï Besseda, et le vice-président du Parlement Sergueï Neverov-- figurent également parmi les nouvelles cibles américaines.

Début avril, Moscou avait admis la présence à Kiev de M. Besseda lors de la répression sanglante de l'insurrection contre l'ancien pouvoir de Viktor Ianoukovitch.

Huit entreprises russes de fabrication d'armes sont également ajoutées sur la liste noire américaine, a annoncé le Trésor.

Avant ces nouvelles mesures, 19 entités et 52 individus --dont des proches du président Vladimir Poutine-- figuraient sur la liste noire américaine.

Ces mesures américaines sont annoncées alors que les dirigeants européens étaient réunis pour discuter de nouvelles sanctions contre la Russie en raison de la crise en Ukraine.

Selon une source diplomatique, les Européens ont décidé de durcir leurs sanctions mais sans aller jusqu'à des mesures économiques d'envergure.

Réunis en sommet à Bruxelles, les Européens ont notamment décidé du gel de programmes menés en Russie par la Banque européenne d'investissement (BEI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), selon cette source.

jt/sl/lb

PLUS:hp