NOUVELLES

Merkel juge que Moscou n'a "pas suffisament satisfait les attentes" sur l'Ukraine

16/07/2014 06:49 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT

La chancelière allemande Angela Merkel estime que la Russie "n'a pas suffisamment satisfait" les attentes pour faire baisser la tension en Ukraine, a déclaré mercredi son porte-parole Steffen Seibert à Berlin.

Les "conséquences potentielles des attentes jusqu'ici non satisfaites" seront un sujet à l'ordre du jour du sommet européen de Bruxelles ce mercredi, a-t-il souligné lors d'une conférence de presse régulière, alors que de nouvelles sanctions contre Moscou semblent très probables selon des sources diplomatiques.

M. Seibert a évoqué un entretien téléphonique de Mme Merkel avec le président ukrainien Petro Porochenko mardi.

"M. Porochenko a des indices selon lesquels des armes lourdes en provenance de Russie sont tombées entre les mains des séparatistes et les indications d'attaques contre les forces ukrainiennes depuis le territoire russe se sont multipliées", a souligné le porte-parole.

La chancelière allemande est "déçue que malgré tous les efforts du groupe de contact (qui associe l'Ukraine, la Russie et l'OSCE) on n'ait toujours pas abouti à des discussions avec des représentants des séparatistes". Elle "partage aussi l'avis du groupe de contact selon lequel les séparatistes manquent de volonté pour des discussions sérieuses sur un cessez-le-feu bilatéral".

Elle est d'accord avec M. Porochenko pour estimer que "la Russie n'a pas suffisamment satisfait les attentes jusqu'ici", a déclaré M. Seibert, soulignant que ces attentes avaient été évoquées à plusieurs reprises lors de conversations entre la chancelière et le président russe Vladimir Poutine.

Il a évoqué notamment la demande faite à la Russie d'utiliser son influence sur les séparatistes pour détendre la situation dans l'est de l'Ukraine, et celle d'une surveillance efficace de la frontière russo-ukrainienne pour éviter les passages de troupes et d'armes.

"L'objectif reste de mettre en oeuvre le plan de paix du président Porochenko. Un premier pas dans cette direction doit être l'annonce rapide d'un cessez-le-feu bilatéral" entre l'armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes, a souligné M. Seibert, qui a refusé de s'exprimer sur d'éventuelles nouvelles sanctions des Européens.

De nouvelles sanctions de l'UE contre la Russie et les séparatistes prorusses en Ukraine "semblent très probables" lors du sommet de mercredi, a affirmé une source diplomatique à Bruxelles. Selon cette source, les Etats membres ont préparé un ensemble de nouvelles mesures, notamment le gel de programmes en Russie menés par la Banque d'européenne d'investissement (BEI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). Des pourparlers seraient aussi en cours pour "ajouter de nouveaux noms à la liste des sanctions ciblées", a-t-elle ajouté.

aro/abk

PLUS:hp