NOUVELLES

L'aéroport de Tripoli, théâtre de tirs pour le 4e jour consécutif (AFP)

16/07/2014 11:12 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT

L'aéroport international de Tripoli, où des milices islamistes cherchent à déloger des brigades anti-islamistes, a été le théâtre mercredi pour le quatrième jour consécutif de tirs de roquettes et de mortiers, selon un responsable de la sécurité sur place.

"L'aéroport a été encore une fois la cible d'une attaque aux mortiers et aux roquettes durant plusieurs heures", a déclaré ce responsable sous couvert de l'anonymat.

Selon un photographe de l'AFP sur place, les bombardements ont provoqué des incendies dans le périmètre de l'aéroport. Des sapeurs-pompiers ont été dépêchés sur place, pour tenter de maîtriser le feu qui touchait un avion cargo sur le tarmac et un dépôt de la douane, selon la même source.

Les combats ont éclaté dimanche après une attaque lancée par des milices islamistes, qui ont tiré depuis des dizaines de roquettes sur l'aéroport international contrôlé depuis 2011 par des brigades anti-islamistes de la ville de Zenten (170 km au sud-ouest de Tripoli).

Plusieurs installations et plus d'une dizaine d'avions ont été endommagés à l'aéroport qui a été fermé initialement pour trois jours en raison des combats, mais les vols ne pourront reprendre que "dans plusieurs semaines, voire mois", selon une source aéroportuaire.

Mercredi, des blindés et des pickups équipés de mitrailleuses étaient postés par les Zentanis aux abords de l'aéroport pour se prémunir contre une attaque ennemie.

Selon le responsable de la sécurité à l'aéroport, les roquettes et mortiers sont tirés notamment depuis la région de Gasr Ben Ghechir, au sud de l'aéroport situé à 25 km au sud de la capitale.

Une alliance de milices islamistes appuyées par des groupes armés de la ville de Misrata (200 km à l'est de Tripoli) ont revendiqué cette attaque qui vise selon elles, à chasser leurs rivaux zentanis de l'aéroport.

Les autorités libyennes ont annoncé mardi soir dans un communiqué la reprise des vols à l'aéroport de Misrata et l'ouverture de celui de Miitiga, à 15 km à l'est de la capitale libyenne, pour pallier la fermeture de l'aéroport de Tripoli.

L'ouverture de ces deux aéroports permettrait notamment le retour de milliers de Libyens bloqués depuis dimanche dans plusieurs aéroports dans le monde, selon le communiqué.

Les combats à l'aéroport de Tripoli s'inscrivent, selon les analystes, dans le cadre d'une lutte d'influence entre les courants libéral et islamiste, et illustre la faiblesse des autorités libyennes face à des milices qui font la loi dans le pays depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Dans ce contexte, le gouvernement libyen de transition a indiqué cette semaine qu'il envisageait de faire appel à des forces internationales.

ila/cco

PLUS:hp