NOUVELLES

La fermeture d'Archambault soulève l'inquiétude dans le Vieux-Québec

16/07/2014 04:01 EDT | Actualisé 16/07/2014 04:03 EDT
Radio-Canada

Plusieurs commerçants et des résidents du Vieux-Québec se disent préoccupés par la disparition d'un autre commerce de proximité dans le quartier historique.

Le disquaire et libraire Archambault de la rue Saint-Jean fermera définitivement ses portes le 31 juillet. Une vingtaine de travailleurs vont perdre leur emploi.

Le président du conseil de quartier, Alain Samson, déplore la perte d'une institution dans le secteur. « Pour l'ensemble des résidents, des commerçants, des travailleurs dans le secteur, c'est une partie de notre patrimoine. Il faut se rappeler que ça s'appelait Musique d'Auteuil avant. C'est toute une question de patrimoine, une partie de notre tissu social qui s'en va encore une fois, alors c'est préoccupant », commente-t-il.

Le propriétaire de la librairie Pantoute, Christian Girard, estime aussi inquiétante la disparition de ce commerce de quartier et craint les conséquences pour la vitalité économique du secteur.

« Je trouve qu'il y a de moins en moins quelque chose d'attrayant pour les résidents de Québec dans le Vieux-Québec et c'est un peu inquiétant. [...] J'ai peur à long terme que le Vieux-Québec devienne une espèce de Walt Disney World fantôme. »

Le conseil de quartier et des commerçants estiment que la Ville devrait se pencher sérieusement sur des mesures concrètes pour stimuler l'économie du quartier.

Pas de craintes pour la Ville

La vice-présidente du comité exécutif à la Ville de Québec, Julie Lemieux, refuse de voir dans cette fermeture un signe que le quartier historique connaît des difficultés. Elle attribue surtout la fermeture aux changements dans l'industrie du livre et du disque.

« Je n'aimerais pas du tout qu'on commence à dire que ça va mal dans le Vieux-Québec parce qu'Archambault s'en va. Il y a plusieurs commerces aussi qui ouvrent dans le Vieux-Québec, les nouveaux restaurants, des gros investissements, Manoir Victoria, Château Frontenac aussi donc le Vieux-Québec se porte quand même bien », affirme-t-elle.

Le Vieux-Québec, ajoute-t-elle, compte encore bon nombre de commerces de proximité, dont des boulangeries, un nettoyeur et un quincaillier.

Elle rappelle aussi que la Ville, en collaboration avec les résidents, planche sur un projet de halles qui permettrait de bonifier l'offre dans le domaine de l'alimentation.

« Je pense que c'est réaliste, et à court terme, avec le changement de vocation de l'Hôtel-Dieu, c'est le projet sur lequel on veut travailler le plus rapidement possible », fait-elle savoir.

La conseillère a par ailleurs bon espoir de voir un autre commerce d'intérêt prendre la place du magasin Archambault.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 100 meilleures chansons canadiennes en anglais