NOUVELLES

Dialogue malien: le gouverment prêt à aller loin (MAE)

16/07/2014 06:41 EDT | Actualisé 15/09/2014 05:12 EDT

Le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations qui s'ouvrent mercredi à Alger avec les groupes armés en vue de trouver un accord de paix au Mali, a assuré le ministre des Affaires étrangères Abdoulaye Diop

"Le gouvernement est prêt à aller aussi loin que possible dans le cadre des lignes rouges qui ont été tracées", a affirmé le ministre dans une déclaration à l'AFP, expliquant que ces lignes rouges sont "le respect de l'unité territoriale, de l'unité du Mali et la forme républicaine de l'Etat malien".

Après des revendications indépendantistes, aujourd'hui officiellement abandonnées, certains des groupes rebelles réclament désormais une forme d'autonomie ou un statut particulier pour le nord qu'ils appellent Azawad.

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le Haut Conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA), deux branches du Mouvement armé de l'Azawad (MAA) et des milices d'autodéfense proches du pouvoir de Bamako sont représentés à Alger où la délégation du gouvernement malien est dirigée par Abdoulaye Diop.

Sont exclus des négociations les "groupes terroristes" liés à Al-Qaïda qui -à un moment alliés du MNLA- ont occupé pendant plus de neuf mois le nord du Mali avant d'en être partiellement chassés par une intervention armée internationale lancée le 11 janvier 2013 par la France, toujours en cours via la mission de l'ONU au Mali, la Minusma.

"Nous sommes très ouverts mais aussi déterminés à trouver un accord et une entente entre Maliens. Il y a une volonté d'aboutir à un accord le plus vite possible", a insisté le ministre.

abh-ao/sw

PLUS:hp