NOUVELLES

Une rame de métro déraille à Moscou: au moins 12 morts

15/07/2014 06:24 EDT | Actualisé 14/09/2014 05:12 EDT

Le déraillement d'une rame du métro de Moscou a provoqué la mort d'au moins 12 personnes et fait une centaine de blessés mardi, l'une des catastrophes les plus graves ayant jamais touché le métro de la capitale russe.

"A l'heure actuelle, douze personnes ont été tuées", a indiqué le ministère des Situations d'urgence, alors qu'une source médicale, citée par l'agence Interfax, faisait état de 16 morts.

Plus de 118 passagers ont par ailleurs été hospitalisés à la suite de l'accident, a précisé le directeur du département de la Santé de Moscou Gueorgui Goloukhov.

Près de la moitié se trouvent dans un état grave, a-t-il ajouté.

"Un évènement tragique s'est produit dans le métro. Un accident a eu lieu, des gens on été tués", a réagi le Premier ministre russe Dmitri Medvedev, cité par les agences russes, avant de présenter ses condoléances aux familles des victimes.

L'incident s'est produit sur la "ligne bleue" de métro de Moscou vers 08h30 (04H30 GMT) entre les stations Park Pobedy, la station la plus profonde du métro moscovite ouverte en 2003, et Slavianski boulevard, inaugurée en 2008.

Des images diffusées à la télévision russe ont montré des secouristes évacuant de nombreux blessés ensanglantés sur des brancards, à l'intérieur des stations.

D'autres montraient des passagers encore bloqués à l'intérieur des wagons. Une épaisse fumée était alors visible.

"Il y a (encore) des personnes bloquées. Ils montrent des signes de vie et les spécialistes travaillent actuellement à les sortir de là au plus vite. Dans le wagon, il reste environ cinq personnes", a déclaré le maire-adjoint de Moscou Piotr Birioukov.

Autour des stations touchées par le déraillement, des dizaines d'ambulances et des hélicoptères étaient sur place pour transporter les blessés vers l'hôpital.

- "J'ai cru que c'était la fin" -

Selon les témoignages des victimes, le déraillement s'est produit après un brusque freinage du train.

"Le train a freiné brusquement. Il y a eu des étincelles et beaucoup de fumée. J'ai été projeté contre quelque chose. Tout le monde a été projeté d'un côté", a raconté un des passagers, le nez recouvert de sang, à la chaîne Moscou 24.

"Nous étions bloqués. Et je suis sorti de là par miracle. J'ai cru que c'était la fin", a-t-il ajouté.

Plusieurs passagers ont raconté être parvenus à sortir par eux-mêmes des voitures du métro.

"C'était la panique. On a grimpé pour sortir de la voiture mais on a été bloqué. Des hommes ont pris des marteaux et ont détruit ce qui nous barrait la route et on est sorti. Il y avait des ouvriers et ils nous ont conduits vers la sortie", a ainsi révélé une autre victime au site d'informations populaires LifeNews.

Ouvert en 1935 sous Staline, le métro de Moscou dont de nombreuses stations sont des joyaux architecturaux, revendique aujourd'hui l'un des flux de passagers les plus élevés au monde.

Connu pour son efficacité et sa ponctualité, il connaît peu d'incident technique de grande envergure.

En 2010, il été la cible d'un double attentat qui a fait 40 morts.

"Ce qui s'est passé est l'un des plus graves accidents de l'histoire récente", a déclaré le maire de la ville, Sergueï Sobianine, qui s'est rendu sur place.

Une enquête pour violation des normes de sécurité dans les transports a été ouverte.

Selon Alexeï Khazbiev, journaliste spécialisé dans les transports pour le journal Expert, le métro a été construit pour transporter "3-4 millions, maximum 6 millions de personnes par jour".

Or aujourd'hui, plus de 9 millions de personnes" l'empruntent chaque jour, et "les vieilles technologies ne sont plus adaptées", estime-t-il.

ma-lap/nm/fw

PLUS:hp