NOUVELLES

SODEC-FFM: le milieu du cinéma appuie Monique Simard, démission au FFM

15/07/2014 05:25 EDT | Actualisé 15/07/2014 05:25 EDT
PC

Plusieurs artisans du cinéma ont dénoncé la lettre de la directrice du FFM, Danièle Cauchard, dans laquelle elle tire à boulets rouges sur Monique Simard, de la SODEC.

Dans la lettre intitulée « J'accuse...! - Lettre ouverte aux institutions à l'écoute de Monique Simard », Danièle Cauchard, qui travaille au Festival des films du monde de Montréal depuis ses débuts en 1977, accuse Monique Simard, présidente de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), « d'avoir utilisé les fonds publics pour sa vendetta personnelle et son entreprise de sabotage du FFM » et « de tout faire pour que le Québec ait la réputation d'une république de bananes sur le plan international ».

En réaction à la lettre enflammée de Danièle Cauchard, la présidente de la SODEC songe maintenant à intenter des poursuites judiciaires. Monique Simard a reçu l'appui du conseil d'administration de la SODEC par la voix de sa présidente, Doris Girard, qui « déplore que le débat entourant cette décision ait pris une telle tournure ».

Plusieurs artisans et producteurs du milieu du cinéma québécois ont également donné leur appui à Monique Simard en cosignant une lettre. Les réalisateurs Guy Édoin, Kim Nguyen et Sébastien Pilotte, ainsi que les producteurs Pierre Even et Kim McCraw figurent au nombre des signataires.

Voici un extrait de la lettre : « Nous tenons à nous insurger contre les attaques personnelles de Mme Danielle Cauchard vis-à-vis la présidente et chef de la direction de la SODEC, Mme Monique Simard, dans sa lettre publique du 15 juillet, et souligner par la présente l'excellent travail de gestion de Monique Simard à la tête de la SODEC. »

Rappelons qu'au début du mois de juin,Téléfilm Canada, la SODEC et la Ville de Montréal avaient retiré leurs subventions au festival, pour un montant total de 680 000 $. De nombreux distributeurs indépendants québécois ont également décidé de ne pas soumettre leurs films au FFM cette année en raison de l'incertitude entourant l'événement.

Démission au FFM

En milieu d'après-midi, le directeur des communications du FFM, Henry Welsch, a annoncé sa démission de façon subite, expliquant qu'il n'avait pas été informé de la publication de la lettre de Danièle Cauchard.

« Je ne crois pas que le FFM sorte grandi de cette affaire, au contraire, a expliqué par courriel Welsch, en poste au festival depuis une quinzaine d'années. Il me semble que les attaques personnelles sont stériles et ne font qu'envenimer le débat. Je respecte l'engagement et la mission du FFM dans la défense du cinéma et la haute considération que j'ai de cet événement culturel ne cadre pas avec le ton pris par Mme Cauchard. »

Le FFM n'en est pas à ses premiers rebondissements. En 2005, les différents paliers de gouvernement avaient préféré soutenir le naissant Festival international de films de Montréal (FIFM), chapeauté par Daniel Langlois. Le FIFM s'était toutefois soldé par un échec et avait été dissous en 2006.

Le 38e FFM doit se tenir du 21 août au 1er septembre prochain.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les films québécois de l'été 2014