NOUVELLES

Mondial : un dirigeant de la fédération argentine admet avoir revendu des billets

15/07/2014 02:48 EDT | Actualisé 14/09/2014 05:12 EDT

Luis Segura, vice-président de l'Association du football argentin (AFA), a admis mardi avoir revendu des entrées octroyées par la Fifa pour des matches du Mondial, mais a nié les avoir cédées plus cher que leur prix d'origine.

M. Segura et d'autres membres de l'AFA ont été accusés dans un enquête journalistique au Brésil de revente illégale de billets lors de la Coupe du Monde.

Une enquête de la justice brésilienne est actuellement en cours autour d'un vaste réseau de trafic de tickets VIP vendus par la Fifa à des entreprises prestataires de services, dont certains ont ensuite été revendus pour des sommes astronomiques, pouvant atteindre 1.000 euros la place.

"J'ai commis une grave erreur et je me repends" d'avoir vendu des entrées remises par la Fifa, a déclaré M. Segura sur la radio del Plata.

Le règlement de la Fifa stipule que "les titulaires d'entrées ne peuvent ni vendre ni transférer d'aucune façon leurs places sans l'accord écrit" de l'organisation.

"Ce que j'ai fait, depuis ma modeste place, a été de vendre des entrées (au prix officiel) à des gens qui allaient au Brésil sans tickets, et ce que nous avons tenté de faire, c'est de résoudre ce problème pour ces gens", s'est-il justifié.

Ces billets ont été vendus "à des connaissances", selon lui. "Il y avait 400 personnes demandant des entrées (...) Si vous avez la possibilité de résoudre le problème de 100 personnes, vous le faites", a-t-il ajouté.

- D'autres mis en cause -

Egalement mis en cause, le chef de l'administration de l'AFA, Emiliano Vazquez, a également nié toute malversation.

"Il n'y a aucune plainte. Il y a une vidéo au Brésil qui montre des gens de l'AFA remettant contre de l'argent des entrées, ce qui est logique, car les entrées (remises) par la Fifa sont payantes", a-t-il souligné.

Selon lui, 175 entrées non utilisées ont été revendues pour la finale Argentine-Allemagne dimanche, et que l'AFA a cédé sans en augmenter le prix "pour récupérer son argent".

Enfin, Humberto Grondona, fils du vice-président de la Fifa et président de l'AFA Julio Grondona, a lui aussi nié être lié à un trafic de billets, alors qu'il a été mis en cause après que des billets à son nom ont été mis sur le marché.

Il a affirmé avoir vendu "à un ami très connu en Argentine quelques entrées". "A son tour, il a donné ces places à un autre ami. Après, ce qu'ils ont fait avec ces places ? Je n'en sais rien", s'est-il défendu.

La justice brésilienne a mis en examen ces derniers jours 12 personnes accusées de s'être livrées à un vaste trafic de billets VIP pour assister à des matches de Coupe du monde depuis l'édition de 2002.

Principal accusé, le Britannique Ray Whelan, 64 ans, directeur de Match Services, compagnie prestataire de la Fifa, s'est livré à la justice brésilienne lundi après quatre jours de fuite.

La police brésilienne estime que M. Whelan distribuait des billets VIP gratuits et initialement destinés à des ONG, parraineurs et familles, pour les revendre illégalement à d'autres intermédiaires qui les commercialisaient.

ls/pb/prz/hdz/alh

PLUS:hp