NOUVELLES

GB: des mesures pour limiter les abus des sociétés de prêts sur salaires

15/07/2014 07:19 EDT | Actualisé 14/09/2014 05:12 EDT

Le gendarme britannique des marchés a présenté mardi des mesures pour limiter les abus des sociétés de prêts sur salaires, qui suscitent le scandale dans le pays pour leurs taux jugés usuriers.

La Financial Conduct Authority (FCA) a annoncé que ces sociétés ne pourraient désormais facturer plus de 0,8% d'intérêt par jour sur ces prêts à très court terme, consentis à des taux souvent exorbitants (plusieurs milliers de pourcents par an).

L'échéance de ces emprunts très particuliers est fixée à la date de la prochaine paie du consommateur dans le besoin.

La FCA a précisé que dorénavant, les clients n'auront pas à rembourser plus du double (intérêt et capital) des montants empruntés.

Une société de prêt ne pourra en outre pas imposer de frais supérieurs à 15 livres (19 euros) à un consommateur qui ne pourrait rembourser immédiatement son emprunt.

"Pour tous ces gens qui peinent à rembourser leur emprunt sur salaire chaque année, cela représente une avancée gigantesque", a souligné le directeur de la FCA, Martin Wheatley, dans un communiqué.

Ces nouvelles mesures seront publiées officiellement en novembre et entreront en vigueur en janvier prochain.

Elles sont annoncées un mois après la condamnation par la FCA de la plus grosse société de ce secteur au Royaume-Uni, Wonga, à payer 2,6 millions de livres (3,2 millions d'euros) à près de 45.000 clients.

Il a été reproché à Wonga d'avoir envoyé à des clients des lettres au nom de cabinets juridiques inexistants menaçant de poursuites en justice ou de leur avoir imputés des frais administratifs pour l'envoi de ces lettres.

Cible privilégiée des critiques visant le secteur, Wonga avait déclenché aussi une levée de bouclier des supporteurs du club de football de Newcastle (Premier League) avec lequel elle a conclu un accord de sponsoring.

D'après la FCA, quelque 1,6 million de consommateurs ont souscrit un total de 10 millions de prêts sur salaire en 2013, pour une somme globale de 2,5 milliards de livres (3,15 milliards d'euros).

La somme moyenne empruntée s'est élevée à 260 livres (328 euros) pour une durée habituelle initiale de 30 jours.

D'après l'enquête du gendarme des marchés, la moitié des emprunteurs ont rencontré des problèmes financiers après avoir souscrit à ce type d'emprunts.

L'église anglicane avait pris vigoureusement position dans le débat l'année dernière: l'archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, chef spirituel des quelque 85 millions d'Anglicans dans le monde, avait tout simplement déclarer vouloir que Wonga "mette la clé sous la porte".

pn/mg/ros

PLUS:hp