NOUVELLES

Des observateurs de l'OSCE se rendront à la frontière russo-ukrainienne mercredi (Moscou)

15/07/2014 03:52 EDT | Actualisé 13/09/2014 05:12 EDT

Des observateurs de l'OSCE se rendront mercredi à la frontière russo-ukrainienne, alors que des attachés militaires étrangers ont d'ores et déjà examiné mardi les lieux où sont tombés des obus tirés depuis le territoire ukrainien, ont annoncé les autorités russes.

A la suite d'une "demande insistante de la Russie, une mission de l'OSCE doit se rendre aux postes de contrôle de Donetsk et de Goukovo le 16 juillet", a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Ces deux postes de contrôles russes ont fait l'objet ces dernières semaines de tirs d'artillerie en provenance du territoire ukrainien, ce qui a provoqué la colère de Moscou.

Des obus tirés depuis le territoire ukrainien ont notamment touché une ville frontalière russe dimanche, faisant un mort et deux blessés. Moscou avait immédiatement mis en garde Kiev, qui dément être à l'origine de l'incident, contre de possibles "conséquences irréversibles".

La Russie avait annoncé lundi son intention d'inviter des observateurs de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) à la frontière de l'Ukraine, "dans un geste de bonne volonté" et face "à l'aggravation considérable de la situation" sur place.

Le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov a également indiqué mardi que les attachés militaires de 11 pays dont les États-Unis, la France et l'Allemagne, et des journalistes étrangers s'étaient rendus sur les lieux où sont tombés les obus. Il y ont examiné les impacts sur le sol, ainsi que les dégâts causés aux bâtiments.

"L'Ukraine nie cyniquement des faits indiscutables et fait tout ce qu'elle peut pour rejeter les accusations de tirs sur le territoire russe", a-t-il déclaré, ajoutant que cette invitation visait à "mettre au courant les spécialistes militaires étrangers du véritable état de la situation" à la frontière.

Sept autres pays, dont l'Ukraine, ont cependant décliné l'invitation de Moscou pour diverses raisons.

"Toutes les initiatives russes se heurtent de nouveau à l'attitude non constructive de certaines délégations de l'OSCE, avant tout de celle du Royaume-Uni", a regretté le ministère russe des Affaires étrangères.

"Ceux-là mêmes qui (...) déclarent qu'il est essentiel de prendre des mesures pour aboutir à une désescalade de la situation dans le sud-est de l'Ukraine, en réalité, ne s'y intéressent pas", a-t-il ajouté.

pop/lap/cgu

PLUS:hp