NOUVELLES

Ukraine: Berlin, Kiev, Paris et Moscou pour un dialogue avec les séparatistes d'ici mardi

14/07/2014 02:14 EDT | Actualisé 13/09/2014 05:12 EDT

Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a affirmé lundi que Berlin, Kiev, Moscou et Paris oeuvraient à un dialogue d'ici mardi au plus tard entre le groupe de contact pour l'Ukraine et les séparatistes afin d'aller vers un cessez-le-feu.

M. Steinmeier, qui était à Amman lundi, a participé à une conférence téléphonique avec ses homologues français Laurent Fabius, ukrainien Pavel Klimkin et le chef de l'administration présidentielle de la Russie, Sergueï Ivanov, selon un communiqué publié à Berlin.

"Toutes les parties oeuvrent avec insistance pour que le groupe de contact entre en relation directe avec les séparatistes au plus tard demain par le moyen d'une vidéo-conférence", a annoncé le ministère allemand des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Une rencontre physique du groupe de contact avec des représentants des séparatistes doit avoir lieu très rapidement après", ajoute le communiqué.

Les ministres des Affaires étrangères russe, ukrainien, allemand et français s'étaient réunis en urgence le 2 juillet à Berlin et avaient souligné dans une déclaration solennelle la nécessité d'engager au plus vite des négociations pour un cessez-le-feu en Ukraine, alors que les combats s'intensifiaient dans l'est du pays.

En raison de l'escalade de la violence ces derniers jours, les diplomates des quatre pays ont réaffirmé lundi l'importance de cette déclaration commune, selon le communiqué de Berlin.

Les forces de Kiev ont réussi lundi à débloquer l'aéroport de Lougansk, mais ont perdu un avion de transport, abattu par un missile dont l'Ukraine croit qu'il a été tiré de Russie, ce qui aggrave encore la tension déjà vive entre les deux pays.

Une rencontre du président russe Vladimir Poutine avec la chancelière allemande Angela Merkel dimanche à Rio, en marge de la finale du Mondial, n'a abouti qu'à la répétition de leur souhait de "discussions directes dès que possible" entre Kiev et les séparatistes pour parvenir à un cessez-le-feu bilatéral.

Mais l'Ukraine exige, au préalable, de reprendre le contrôle de sa frontière avec la Russie, ce que les rebelles et Moscou rejettent.

aro/clp/bir

PLUS:hp