NOUVELLES

Airbus lance une nouvelle version remotorisée de son long-courrier A330

14/07/2014 02:24 EDT | Actualisé 12/09/2014 05:12 EDT

Airbus a annoncé lundi qu'il lançait une version remotorisée de son long-courrier vedette A330, ce qui lui permettra de rester attractif face au succès des avions de son concurrent américain Boeing.

L'appareil, baptisé A330neo (pour New engine option), sera motorisé par le britannique Rolls-Royce et se déclinera en deux versions A330-800neo et A330-900neo, a précisé l'avionneur européen dans un communiqué diffusé à l'ouverture du salon aéronautique de Farnborough (sud-ouest de Londres).

"Tout en bénéficiant de la rentabilité hors pair, de la polyvalence et du haut niveau de régularité technique de l'A330, l'A330neo assure une réduction de la consommation de carburant de 14% par siège, devenant ainsi le gros-porteur moyen-courrier le plus rentable du marché", affirme Airbus.

L'avionneur ajoute qu'"outre les réacteurs de nouvelle génération Trent 7000 de Rolls-Royce, l'A330neo bénéficiera de différentes innovations (...) notamment des optimisations au niveau de l'aérodynamique (...), une plus grande envergure, et de nouveaux mâts réacteurs".

Les premières livraisons de l'A330neo sont prévues au quatrième trimestre 2017.

Airbus propose déjà une version remotorisée de son moyen-courrier vedette, l'A320neo qui doit entrer en service en octobre 2015. Depuis son lancement en décembre 2010, cet appareil a reçu plus de 2.700 commandes.

La semaine dernière, le PDG de l'avionneur, Fabrice Brégier avait indiqué que le potentiel de commandes pour l'A330neo était d'un millier d'exemplaires.

Airbus ne précise pas le montant de cet investissement, qui sera bien inférieur au lancement d'un tout nouvel avion.

Des spécialistes du secteur, interrogés par l'AFP, avaient indiqué que cela pourrait représenter de l'ordre de 1,5 à 2 milliards d'euros. Pour l'A320neo, le constructeur a dû investir 1,2 milliard.

Tom Enders, PDG d'Airbus Group, maison mère de l'avionneur, rappelle dans le communiqué que l'A330 est un programme extrêmement rentable, qui "contribue très largement aux marges" de l'entreprise.

Il prévient que "les coûts de développement de l'A330neo seront supportés de 2015 à 2017 et auront un impact d'environ -70 points de base sur l'objectif de marge opérationnelle 2015 d'Airbus Group".

Le dirigeant estime néanmois qu'une fois en service, l'appareil contribuera "de façon très significative" au chiffre d'affaires du groupe.

"Grâce à notre décision de remotoriser l'appareil, le succès de l'A330 se poursuivra pendant de nombreuses années encore", a-t-il encore ajouté.

Boeing, qui occupe ce marché des long-courriers de moyenne capacité (entre 250 et 300 sièges) avec ses Dreaminer 787-8 et 787-9, avait dès dimanche assuré qu'il ne redoutait pas l'arrivée de cet avion.

"Nous pensons que nous avons l'avion le plus efficace" et "nous avons hâte d'être en concurrence avec (l'A330 Neo) quand il sortira", a déclaré Ray Conner, PDG de la branche avions commerciaux de Boeing.

Selon Boeing, le futur appareil européen aura du mal à tenir ses promesses d'économies de carburant significative avec essentiellement de nouveaux moteurs.

Le salon de Farnborough se tient jusqu'à dimanche.

dt-jmi/ros

AIRBUS GROUP

BOEING

ROLLS-ROYCE HOLDINGS

PLUS:hp