NOUVELLES

Washington mise sur la présidence serbe de l'OSCE pour stabiliser la situation en Ukraine

13/07/2014 01:17 EDT | Actualisé 12/09/2014 05:12 EDT

Washington mise sur la présidence serbe de l'OSCE, en 2015, pour aider à stabiliser la situation en Ukraine, a déclaré dimanche la secrétaire d'État adjointe américaine pour l'Europe Victoria Nuland à l'issue d'un entretien avec le ministre serbe des Affaires étrangères Ivica Dacic.

"Nous avons, bien sûr, parlé de l'Ukraine et du futur rôle de président en exercice de l'OSCE de la Serbie qui jouera un rôle essentiel pour assurer la stabilisation et la transparence" en Ukraine, a-t-elle déclaré à la presse.

Mme Nuland a indiqué que la Serbie s'apprêtait, en prenant la présidence tournante de l'OSCE, à exercer "un rôle très, très important".

"Je suis ici pour souligner que les États-Unis souhaitent approfondir et élargir le travail en commun avec la Serbie sur les questions concernant la sécurité régionale, la sécurité euro-atlantique et la coopération économique", a-t-elle ajouté.

Le mois dernier, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait demandé à l'OSCE de faire pression sur l'Ukraine pour appliquer la feuille de route établie par cette organisation visant à une désescalade sur le terrain et affirmé que les dirigeants ukrainiens s'y opposaient.

Selon l'OSCE, ces recommandations élaborées en mai, "indiquent une voie pragmatique pour passer d'une logique d'escalade vers une logique de coopération et de renforcement de la stabilité sur le terrain".

M. Dacic a assuré que son pays, qui prendra la présidence de l'OSCE en 2015, allait "déployer tous les efforts pour trouver une solution à la crise en Ukraine par la voie du dialogue".

Depuis l'éclatement de la crise en Ukraine en novembre 2013, la Serbie - candidate à l'adhésion à l'UE -, marche sur une corde raide, tiraillée entre le respect de ses obligations envers Bruxelles et le maintien de bonnes relations avec Moscou.

La Serbie souhaite maintenir une position "neutre" par rapport à la crise ukrainienne et surtout ne pas imposer des sanctions contre la Russie comme l'ont fait l'UE et les Etats-Unis.

mat/cn/mr

PLUS:hp