NOUVELLES

Mondial 2014: des émeutes suivent la défaite en finale pour l'Argentine (PHOTOS)

13/07/2014 11:39 EDT | Actualisé 12/09/2014 05:12 EDT
LatinContent/STR via Getty Images
BUENOS AIRES, ARGENTINA - JULY 13: Fans of Argentina clash with riot police after FIFA World Cup final match between Germany and Argentina, at 9 de Julio Avenue on July 13, 2014 in Buenos Aires, Argentina. (Photo by Segundo Saavedra/LatinContent/Getty Images)

BUENOS AIRES, Argentine - La police antiémeute a utilisé du gaz lacrymogène et des balles de caoutchouc tard dimanche afin de maîtriser un groupe qui a troublé les festivités à la suite de la belle performance de l'Argentine dans une défaite de 1-0 contre l'Allemagne en finale de la Coupe du monde de football, dimanche.

Des parents avec des jeunes enfants fuyaient les rues après que la police, qui était présente depuis le début de la soirée alors que les partisans célébraient au centre-ville de Buenos Aires, eut commencé à pourchasser les voyous sur des motocyclettes. Les jeunes, dont plusieurs étaient masqués et consommaient beaucoup d'alcool, ont répliqué en lançant des pierres, détruisant les vitrines des magasins et entrant même par effraction dans un théâtre.

La police a indiqué que 20 agents avaient été blessés et au moins 60 personnes ont été arrêtées. Des lampadaires ont été renversés et des pierres ont été arrachées des rues afin d'être lancées vers les policiers.

Cette situation chaotique a assombri une célébration spontanée jusque-là pacifique en appui à l'équipe nationale de football de l'Argentine, qui participait à la finale du Mondial pour une première fois en 24 ans.

Des milliers de partisans portant le bleu-et-blanc argentin avaient envahi le centre-ville de Buenos Aires, entourant l'Obélisque iconique de la ville qui est habituellement le lieu de célébration des victoires de l'Argentine, et non des défaites.

Le bruit des klaxons des voitures, des pétards lancés dans les airs et des chants des partisans de tous les âges se sont fait entendre et les larmes étaient peu nombreuses sur les visages.

«Nous ne pouvons rien nous reprocher, nous avons offert une performance de première classe», a dit Horacio Laseiras, 53 ans, tout en transportant sa fille de six ans sur ses épaules.

L'Argentine, deux fois championne du Mondial, était négligée avant la rencontre après avoir vu l'Allemagne humilier le Brésil en demi-finale avec une victoire de 7-1. Malgré les reproches sur la qualité de son jeu plus tôt dans le tournoi, le capitaine argentin Lionel Messi a fait preuve de caractère tout au long de la rencontre, provoquant plusieurs occasions de marquer pendant les 90 premières minutes.

À travers les nombreux témoignages de gratitude, on pouvait tout de même ressentir une certaine frustration envers Messi, quatre fois joueurs de l'année selon la FIFA.

«Messi n'est toujours pas Maradona», a dit Eduardo Rodriguez, 31 ans, en faisant référence à Diego Maradona, qui a soulevé le prestigieux trophée pour l'Argentine en 1986 avant de guider «l'Albiceleste» vers une autre finale en 1990, contre l'Allemagne. «Mais nous sommes ici pour fêter. Nous sommes tous fiers de nos guerriers.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Riots in Buenos Aires