NOUVELLES

France: Hollande revient sur le devant de la scène le 14 juillet pour défendre sa ligne réformiste

13/07/2014 05:50 EDT | Actualisé 12/09/2014 05:12 EDT

Le président François Hollande revient sur le devant de la scène médiatique lundi pour sa troisième interview du 14 juillet, sur fond de première bronca sociale de son mandat, de chômage endémique en France et de fronde dans sa majorité.

Avec cette interview, prévue pour durer une demi-heure, M. Hollande rompt avec la diète médiatique qu'il observait depuis plus de deux mois.

Auparavant, le défilé militaire sur les Champs-Elysées prendra une dimension inédite avec la participation de près de 80 pays qui furent engagés d'une manière ou d'une autre dans la Première guerre mondiale.

La présence de trois soldats algériens a été dénoncée par le Front national (extrême droite), qui y voit "une provocation indigne", mais les autorités françaises ont souligné que près de 130.000 Maghrébins ont combattu et que plus de 25.000 sont morts en 1914-1918 dans les rangs de l'armée française.

Sur le plan international, le chef de l'Etat devrait aborder les crises en cours (Ukraine, Syrie, conflit israélo-palestinien) mais aussi faire le point sur l'engagement des troupes françaises en Afrique et la lutte contre le terrorisme.

En politique intérieure, le chef de l'Etat s'attachera surtout à expliquer et tracer les perspectives de la ligne réformiste qu'il entend incarner. Son entourage assure qu'il ne devrait pas faire d'annonces.

Stratégiquement, ce 14 juillet offre l'occasion au chef de l'Etat de revenir sur le devant de la scène, alors que son Premier ministre Manuel Valls qui vient de fêter ses 100 jours à Matignon, occupe largement le terrain.

Même s'il se défend de toute rivalité avec le président, le chef du gouvernement n'en devance pas moins de 20 points dans les sondages M. Hollande, toujours encalminé à moins de 25% de popularité malgré une récente - légère - éclaircie.

Grève des cheminots, mouvement des intermittents, boycottage par une partie des syndicats de la Conférence sociale, la bronca sociale de ces dernières semaines à laquelle l'exécutif a répondu par la fermeté quitte à écorner le dialogue social cher à François Hollande, devrait être au menu de l'interview.

L'emploi devrait aussi être au coeur de l'intervention présidentielle, alors que M. Hollande a conditionné une éventuelle nouvelle candidature à la présidence en 2017 à la baisse du chômage.

Tandis que le nombre de demandeurs d'emploi culmine toujours au-dessus de 3,3 millions, dont 2 millions depuis plus d'un an, M. Hollande a décrété, le 7 juillet, "cause nationale" la lutte contre le chômage de longue durée en ouvrant la conférence sociale.

swi/frd/thm/jh

PLUS:hp