NOUVELLES

A Gaza, Mohamed, 17 ans, voit la guerre pour seul avenir

13/07/2014 12:11 EDT | Actualisé 12/09/2014 05:12 EDT

Après avoir nourri un espoir de paix en rencontrant des jeunes Israéliens, les nouveaux bombardements de l'enclave de Gaza ont convaincu Mohamed Abou Aisha, 17 ans, que sa vie ne sera que la guerre.

Mohamed Abou Aisha, 17 ans, est amer. Il est convaincu que ses camarades israéliens, rencontrés lors d'une initiative de paix, sont désormais dans l'armée qui bombarde quotidiennement sa patrie Gaza.

Face à lui, dans son quartier de Touffah, se dressent les décombres des maisons détruites dans la nuit de samedi à dimanche par des frappes israéliennes. La cible était un chef de police du Hamas mais le raid a tué 18 personnes, tout juste après la prière de l'aube marquant le début d'une nouvelle journée de jeûne en ce mois de ramadan.

Alors que le voisinage s'active pour enterrer les morts, Mohamed ne décolère pas en décrivant un impact si violent que dans sa maison, deux rues plus loin, "les débris ont été projetés à travers les fenêtres qu'on ne peut jamais fermer pour éviter qu'elles ne soient soufflées" par la déflagration.

Sa tristesse et sa rancoeur sont d'autant plus vives que l'adolescent, anglophone et éduqué à l'Ecole américaine de Gaza, avait participé avec un certain optimisme à un "camp pour la paix", organisé aux Etats-Unis, où deux mois durant il a côtoyé de jeunes Israéliens en 2012, l'année de la dernière confrontation entre Israël et le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle Gaza.

"Le programme visait à réunir des gens séparés par les conflits et leur permettre de se parler", explique-t-il, admettant que c'était la première fois qu'il parlait vraiment à des Israéliens et exposait son point de vue sur l'interminable conflit qui oppose les deux camps.

- 'Il y aura d'autres guerres' -

Deux ans plus tard, ses camarades de l'autre côté de la "clôture de sécurité" séparant Gaza et Israël sont en âge de faire leur service militaire, et certains d'entre eux ont, selon Mohamed, déjà rejoint leurs unités.

"Ces gens-là sont dans l'armée, peut-être même dans l'armée de l'air" qui bombarde depuis bientôt une semaine l'enclave palestinienne, dit-il.

"Ils me déçoivent. J'attendais d'eux, j'espérais qu'ils refusent d'intégrer l'armée. Mais maintenant ils appartiennent à cette force criminelle", s'emporte Mohamed, laissant transparaître son immense frustration.

Regardant les restes d'un des missiles israéliens qui ont détruit une partie de son quartier, jusqu'à percer le mur d'une école de l'ONU, Mohamed n'ambitionne pas pour autant d'aller rejoindre les rangs des combattants qui tirent des roquettes vers Israël.

Au contraire, son espoir est de quitter Gaza pour la Turquie et se lancer dans des études de médecine.

"Le niveau de la médecine et les connaissances médicales sont tellement médiocres ici", déplore le jeune homme, alors que les habitants du quartier ont enterré, dans une ambiance chaotique, les 18 défunts.

S'imaginant déjà venir en aide à ses compatriotes de Gaza, ce n'est pas en médecin de famille qu'il se voit mais dans le service des urgences du grand hôpital Chifa de la ville.

"Dans les années à venir, il y aura d'autres guerres ici et nous aurons besoin de gens qui aideront d'autres gens", dit-il, fataliste, "c'est ça que je veux faire".

sah-alf/agr/vl

PLUS:hp