NOUVELLES

Londres déconseille de se rendre sur l'île touristique de Lamu, au Kenya

12/07/2014 11:22 EDT | Actualisé 11/09/2014 05:12 EDT

Le Foreign Office a déconseillé samedi aux Britanniques de se rendre sur l'ile touristique de Lamu, au large de la côte kényane, après une série de raids meurtriers dans la région.

De son côté, le ministère kényan du Tourisme, qui a récemment dénoncé des avertissements aux voyageurs lancés par des pays étrangers comme des "mesures inamicales", a apparemment répliqué en demandant aux Kényans d'éviter l'aéroport londonien d'Heathrow.

Dans un communiqué, le ministère britannique des Affaires étrangères a conseillé à ses ressortissants de ne pas se rendre à Lamu et sur la côte voisine "sauf pour des déplacements essentiels".

Classé au patrimoine mondial de l'Unesco, l'archipel de Lamu est l'un des joyaux du tourisme kényan. Lamu a été épargné par la récente vague de raids sur des localités côtières, où 87 personnes, des Kényans, ont été tuées depuis un mois, mais ces violences y ont fait baisser la fréquentation des touristes étrangers.

Les islamistes somaliens des shebab ont revendiqué la plupart des attaques, affirmant agir en représailles contre l'intervention de l'armée kényane en Somalie, où elle combat ces insurgés dans le cadre d'une force militaire de l'Union africaine.

La dernière attaque remonte à la nuit de jeudi à vendredi, où des hommes armés s'en sont pris à un village de la côte, se livrant à des vols et incendiant des habitations mais sans faire de victimes

La Grande-Bretagne, la France, les Etats-Unis et l'Australie ont déjà mis en garde contre les voyages au port de Mombasa, plate-forme du tourisme sur la côte kényane, après une série de violences qui ont amené un voyagiste britannique à évacuer des centaines de visiteurs en mai.

Tout de suite après la mise en garde britannique sur Lamu, le Kenya a publié un communiqué affirmant que l'aéroport de Heathrow risquait d'être la cible d'un attentat d'Al-Qaïda.

"Selon une information fournie par des responsables américains, des hommes d'Al-Qaïda au Yemen et en Syrie mettent au point des bombes sophistiquées qui pourrait abattre un avion", déclare un responsable du ministère du Tourisme, Karanja Kibicho, dans un communiqué.

"Cette information affirme que la Grande-Bretagne serait le pays le plus probablement touché. Il est conseillé aux Kényans de ne pas se rendre à l'aéroport de Heathrow à Londres en raison d'un risque important d'attentat".

mom-sas/jlb/sba

PLUS:hp