NOUVELLES

Charlie Haden, un aventurier du jazz contemporain

12/07/2014 03:04 EDT | Actualisé 11/09/2014 05:12 EDT

Avec Charlie Haden, le contrebassiste américain décédé vendredi soir des suites d'une longue maladie, disparaît un musicien majeur du jazz contemporain, dont il a fait exploser les conventions depuis la fin des années 50 tout en cultivant une profonde nostalgie pour cette musique.

Charlie Haden, disparu à l'âge de 76 ans, avait fait partie à la toute fin des années 50 et au début des années 60 d'une formation légendaire, avec le saxophoniste Ornette Coleman, le trompettiste Don Cherry et le batteur Billy Higgins.

Ces quatre lascars -- dont le seul survivant est Ornette Coleman -- publient alors, entre 1959 et 1962, trois disques aux intitulés très explicites quant à l'orientation qu'ils veulent donner à cette musique -- "The shape of jazz to come", "Change of the century" et "This is our music". Des disque qui vont changer la face du jazz, non seulement en établissant les bases esthétiques du free jazz, mais aussi en intégrant des motifs venus d'Afrique ou d'Asie.

Au cours d'une carrière particulièrement riche, Charlie Haden va vivre bien d'autres aventures. Il a ainsi fondé deux formations marquantes, aux esthétiques très différentes: le Liberation Music Orchestra, puis le Quartet West.

A la tête du Liberation Music Orchestra, un grand orchestre dont l'autre figure de proue était la pianiste et compositrice Carla Bley, le contrebassiste apporte la preuve de sa grande curiosité et de son esprit libertaire, en abordant un répertoire de chants militants et politiques, liés notamment à la Guerre d'Espagne.

Il fondera ensuite, à la fin des années 80, le Quartet West. A la tête de cette formation, il a abordé de manière plus classique, au fil d'une dizaine d'albums, la grande histoire du jazz moderne américain, avec à ses côtés Alan Broadbent, pianiste inventif et raffiné.

- Subtilité mélodique -

Charlie Haden, très attiré par les musiques latino-américaines, a également travaillé avec les musiciens argentins Dino Saluzzi ou Gato Barbieri.

En plus d'animer diverses formations, le contrebassiste affectionnait aussi particulièrement l'exercice du duo: Keith Jarrett, Hank Jones, Paul Motian, Alice Coltrane font partie des musiciens avec lesquels il a ainsi dialogué en toute liberté.

Sa musique a souvent dépassé le cadre strict du jazz, empruntant aux musiques latino-américaines, mais aussi au folk, au gospel, au tango ou au blues. Dans "Steal Away", l'un de ses albums les plus touchants, paru en 1994, ce musicien du Middle West revisitait avec Hank Jones des thèmes populaires du folk et du gospel.

En 2000, Charlie Haden avait reçu des organisateurs du festival de jazz de Montréal le Prix Miles Davis, pour l'ensemble de son oeuvre et sa contribution au renouvellement du genre.

La maison de disque ECM a publié en juin dernier "Last Dance", un disque en duo, encore, avec le pianiste Keith Jarrett, témoignage des retrouvailles en studio entre les deux hommes, en 2007, plus de trente ans après leur précédente collaboration.

Sa subtilité mélodique, sa précision, l'amplitude et la rondeur de sa sonorité, sa connaissance du répertoire, faisaient en outre de lui un "sideman" très recherché.

Abbey Lincoln, Stan Getz, Pat Metheny, Joshua Redman, Brad Mehldau, Michael Brecker ne sont que quelques-uns parmi la multitude de musiciens renommés avec lesquels Charlie Haden a joué au cours d'une carrière qui ne s'était ralentie que ces dernières années.

chc/alu/jeb

PLUS:hp