NOUVELLES

Yémen: le Conseil de sécurité demande aux rebelles chiites de quitter Amrane

11/07/2014 06:49 EDT | Actualisé 10/09/2014 05:12 EDT

Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé vendredi les rebelles chiites au Yémen à se retirer de la ville d'Amrane, qu'ils ont conquise mardi, et a réitéré son soutien au président yéménite Abd Rabbo Mansour et au processus de transition politique.

Dans une déclaration unanime, les 15 pays membres du Conseil réitèrent aussi leur menace de prendre des sanctions ciblées contre ceux qui entravent cette transition et demandent à leurs experts de leur faire "d'urgence" des propositions en ce sens.

Se déclarant "très inquiets de la grave détérioration de la situation", les 15 pays "exigent que les rebelles houthis, tous les groupes armés et les parties impliquées dans les violences abandonnent le contrôle de Amrane et rendent armes et munitions saisies à Amrane aux autorités nationales".

Il exigent aussi que les groupes armés déposent les armes et appliquent les accords de cessez-le-feu et que "les unités militaires respectent leur obligation de neutralité au service de l'Etat".

Ils demandent que les violences actuelles dans le Nord "ne s'étendent pas à d'autres parties du pays, notamment Sanaa".

Le Conseil "exprime son soutien au président Abd Rabbo Mansour" et aux efforts pour trouver une solution politique au conflit dans le Nord du pays qui soit basée sur les résultats du dialogue national, ajoute la déclaration.

En prenant mardi Amrane après d'âpres combats contre l'armée, les rebelles d'Ansaruallah, dits houthis, ont atteint les portes de Sanaa, la capitale, faisant peser une menace sur la transition politique au Yémen, en butte à un essor d'Al-Qaïda et à un courant séparatiste dans le Sud.

Les rebelles chiites, qui ont multiplié depuis début mars les attaques contre l'armée, sont soupçonnés de vouloir élargir leur zone d'influence dans le futur Etat fédéral qui doit compter six provinces.

avz/rap

PLUS:hp