NOUVELLES

Mondial: Whelan, accusé de revente illégale de billets, pas un "fugitif" (Match)

11/07/2014 05:37 EDT | Actualisé 10/09/2014 05:12 EDT

Le Britannique Ray Whelan, soupçonné d'avoir revendu illégalement des billets pour le Mondial, n'est pas "fugitif" même si on ignore où il se trouve, a indiqué vendredi Match Services, la compagnie prestataire de la Fifa, dont il est directeur.

La justice de Rio a décrété sa prison préventive jeudi mais quand la police est arrivée au Copacabana Palace pour l'arrêter, M. Whelan s'était volatilisé. Elle le considère désormais comme "fugitif" et la police effectue des opérations de recherche.

"Nous ne pensons pas que le terme +fugitif+ soit approprié étant donné qu'il est avec son avocat. Nous entendons que tout accusé au Brésil a le droit fondamental de résister à une coercition qu'il considère comme arbitraire et illégale", a indiqué Match Services dans un communiqué.

Le Britannique avait été arrêté lundi et relâché le lendemain grâce à un habeas corpus et au paiement d'une caution de 5.000 reais (2.500 dollars). Mais jeudi, la justice de Rio a décrété sa prison préventive et celle de dix autres accusés de ce trafic international de billets.

La police estime que M. Whelan distribuait des billets VIP gratuits et initialement destinés à des ONG, parraineurs et familles pour la revente illégale à d'autres intermédiaires.

D'après Match, Whelan et son avocat Fernando Fernandes ont quitté le Copacabana Palace jeudi avant l'arrivée de la police mais n'ont pas pris la fuite.

"Les images des caméras de sécurité de l'hôtel montrent que M. Whelan n'a pas pris la fuite", affirme Match qui ajoute "garder sa confiance en l'innocence de son directeur".

Le chef de la police civile de Rio, Fernando Velloso, a déclaré vendredi à la presse que M. Whelan ne s'était toujours pas présenté à la justice et que la "conduite de l'avocat qui a facilité sa fuite était pour le moins douteuse".

Il a estimé que les critiques de Match, qui considère "arbitraire et illégale" la détention de M. Whelan, "sont une stratégie de la défense".

Il a souligné que la Fifa collaborait à l'enquête et que si M. Whelan quittait le Brésil pour l'Angleterre, "d'autres mesures seraient prises", mais il n'a pas voulu les "anticiper".

La police estime que le réseau de M. Whelan était actif depuis 2002, lors des quatre dernières Coupes du monde. Il vendait illégalement environ 1.000 billets par match, pour un prix de base de 1.000 euros, selon les enquêteurs.

L'opération policière a été baptisée "Jules Rimet" en hommage au président français de la Fifa qui a créé la Coupe du monde. Douze suspects dont M.Whelan ont été mis en examen et vont être poursuivis pour association de malfaiteurs, revente au marché noir, corruption active, blanchiment d'argent et fraude fiscale.

cw-cdo/jta

PLUS:hp