NOUVELLES

Le service de VTC Lyft repousse son lancement à New York

11/07/2014 05:22 EDT | Actualisé 10/09/2014 05:12 EDT

Le service de VTC Lyft a été contraint vendredi de repousser son lancement qui aurait dû intervenir dans la soirée à New York.

Le ministre de la Justice de l'Etat de New York Eric Schneiderman avait demandé dans la matinée une ordonnance restrictive pour empêcher le lancement du service de voiture de transport avec chauffeur, qui selon les autorités ne respecte pas les lois locales.

"Nous avons accepté de repousser notre lancement", a indiqué sans autre précision une porte-parole de Lyft à l'AFP, expliquant qu'un juge avait ajourné jusqu'à lundi des discussions en cours.

M. Schneiderman avait, dans sa demande d'ordonnance, dénoncé une entreprise qui, "comme elle l'a fait dans toutes les villes où elle opère, (...) est arrivée à New York en défiant toutes les lois adoptées qui visent à protéger les gens".

"Nous sommes pour l'innovation et pour la concurrence, mais laisser Lyft bafouer des dizaines de lois différentes mettrait non seulement en danger la sécurité des consommateurs mais serait aussi au désavantage de concurrents respectant la loi", a estimé le procureur dans un communiqué.

La Commission municipale des Taxis et Limousines (TLC) de New York s'était émue cette semaine de l'arrivée de cette entreprise de VTC de San Francisco, déjà présente dans 60 villes américaines, et dont les chauffeurs utilisent leurs voitures, décorées d'une moustache rose.

Lyft, qui affirme coûter moins cher qu'un taxi, est comparable à Uber, le numéro un mondial en matière de VTC: à partir d'une application sur votre smartphone, vous faites appel à un VTC en utilisant la géolocalisation. Le prix de la course --directement prélevé sur votre carte bancaire-- varie selon la distance et la durée.

Uber a baissé ses prix de 20% cette semaine à New York et affirme aussi être moins cher désormais que les 13.600 taxis jaunes, extrêmement réglementés.

bd/sam

PLUS:hp