NOUVELLES

Somalie: un nouveau chef pour la mission africaine qui combat les shebab

10/07/2014 10:52 EDT | Actualisé 09/09/2014 05:12 EDT

L'ex-ministre nigérien des Affaires étrangères Maman Sambo Sidikou a été nommé à la tête de la mission de l'Union africaine en Somalie (Amisom), qui combat les insurgés islamistes shebab dans le pays, a annoncé jeudi l'organisation panafricaine.

M. Sidikou prendra début août ses fonctions de représentant spécial de l'Union africaine (UA) pour la Somalie et de chef de l'Amisom, indique un communiqué officiel.

Il remplace le Tchadien Mahamat Saleh Annadif, en poste de novembre 2012 à juin 2014, rappelé par son pays pour occuper "d'autres fonctions", selon un porte-parole.

M. Sidikou, qui fut chef de la diplomatie nigérienne entre 1997 et 1999, était depuis octobre 2011 ambassadeur du Niger à Washington. "Il a également travaillé pour diverses organisations internationales et ONG" telles que la Banque mondiale et l'Unicef, précise l'UA.

"Cette nomination intervient dans un contexte marqué par des progrès continus dans la consolidation de la paix et la promotion de la réconciliation en Somalie, en dépit des défis auxquels le pays continue de faire face, comme en témoigne la récente recrudescence des attaques terroristes, en particulier à Mogadiscio", indique l'UA.

Chassés de la capitale en 2011, les shebab multiplient pourtant les attaques, que ce soit en Somalie ou dans les pays voisins, et jusqu'au coeur du pouvoir somalien: ils ont mené mardi soir un assaut spectaculaire contre le palais présidentiel mardi à Mogadiscio, le deuxième depuis le début de l'année.

Les effectifs de l'Amisom, déployée depuis 2007 en Somalie pour soutenir les fragiles autorités de Mogadiscio face aux shebab, ont été portés en janvier à 22.000 hommes, lui permettant de lancer une nouvelle offensive contre les insurgés.

Les insurgés ont dû abandonner la quasi-totalité de leurs bastions du centre et du sud de la Somalie depuis qu'ils ont été chassés de Mogadiscio en août 2011, mais multiplient les attentats et représentent toujours une menace importante pour la Somalie et les pays de la région, en particulier le Kenya, où ils ont revendiqué une série d'attaques.

bur-ayv/tmo/mba

PLUS:hp