POLITIQUE

Primes: Philippe Couillard rappelle à l'ordre les ministres Bolduc et Barrette

10/07/2014 02:07 EDT | Actualisé 09/09/2014 05:12 EDT
Agence QMI

EEYOU ISTCHEE BAIE-JAMES, Qc - Le premier ministre Philippe Couillard a rappelé à l'ordre, jeudi, ses ministres Gaétan Barrette et Yves Bolduc.

Il a aussi lancé un appel au calme dans toute l'affaire de la prime versée à M. Bolduc.

Au cours d'une conférence de presse pour le coup d'envoi d'un projet minier sur le territoire de la Baie-James, le premier ministre s'est dit préoccupé par la tournure du débat sur la prime d'Yves Bolduc. Actuel ministre de l'Éducation, Yves Bolduc est au centre d'une controverse: quand il était député de l'opposition, il a réclamé 215 000 $ de primes pour avoir pris en charge environ 1600 patients qu'il a ensuite abandonnés en devenant ministre du gouvernement libéral en avril.

«Je pense que là, il faut baisser le ton un peu dans ce débat. Je pense que ça s'égare de tous les côtés», a dit M. Couillard.

Il a demandé à tous de revenir à la politesse et à la civilité dans cette controverse. Les journalistes lui ont alors rappelé les propos du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qui a invité mercredi le père de l'assurance-maladie, l'ex-ministre libéral Claude Castonguay, à prendre sa retraite, après qu'il eut sévèrement blâmé Yves Bolduc concernant sa prime.

«Quand j'ai fait ma remarque sur la politesse, ça s'adressait à tous ceux qui sont intervenus dans le dossier au cours des derniers jours. Je veux être bien clair là-dessus», a répondu M. Couillard.

Le Réseau FADOQ, qui défend les intérêts des personnes âgées, a d'ailleurs dénoncé les propos du ministre Barrette, jeudi, en entrevue avec La Presse Canadienne.

«Quand on dit que, dans notre société, il y a de l'âgisme, là on en a une preuve flagrante, a indiqué son directeur général, Danis Prud'homme. C'est comme si quelqu'un à la retraite était un citoyen de deuxième classe. C'est comme si, parce qu'on est à la retraite, on ne sert plus à rien, on ne suit plus l'actualité et on n'est plus la saveur du moment.»

M. Prud'homme a rappelé que d'utiliser l'âge pour dénaturer les propos de quelqu'un avec qui l'on n'est pas d'accord peut s'avérer un couteau à double tranchant. «Des plus jeunes pourraient dire la même chose de M. Barrette», a-t-il fait valoir.

Rejoint à son tour par La Presse Canadienne, Gaétan Barrette a reconnu qu'il était allé trop loin en suggérant que M. Castonguay prenne sa retraite, mais il a répété que, sur le fond, il ne pouvait accepter les propos de ce dernier.

«M. Castonguay a encore une contribution à offrir et je la reçois très favorablement et j'espère qu'il va continuer. J'estime cette personne, mais en même temps, ce n'est pas une excuse pour franchir le pas qu'il a franchi quand il fait le lien entre la Commission Charbonneau et la situation de mon collègue (Yves Bolduc)», a dit le ministre de la Santé.

Il a également tenu à faire amende honorable auprès des aînés, tout en maintenant son argumentaire.

«Je ne considère pas avoir fait de l'âgisme. Je comprends qu'il y ait des gens qui puissent s'être sentis visés et j'en suis bien désolé, mais ce n'était pas l'objectif, d'aucune manière. Ce que je visais était le commentaire. Si les gens — surtout la FADOQ — trouvent qu'il était trop coloré, je m'en excuse, mais il fallait quand même faire ce commentaire-là.»

Le premier ministre Couillard a par ailleurs indiqué que M. Bolduc aurait dû être plus prudent avant de prendre de nouveaux patients, alors que tous les signes laissaient croire à des élections imminentes, et il a reconnu au passage que l'affaire avait soulevé des questions légitimes.

«On a une situation spécifique pour le docteur Bolduc, qui va se régler par un remboursement de sa part. Il y a des questions qui se posent à un niveau plus large sur le mode de rémunération des médecins, entre autres, et d'autres sujets connexes, et ça ce sont les véritables enjeux que l'on aura à débattre», a dit le premier ministre.

M. Bolduc a d'ailleurs demandé à la Régie de l'assurance-maladie d'éclaircir son cas pour qu'il puisse ensuite rembourser les sommes dues, qu'il estime à environ 40 000 à 60 000 $. En effet, M. Bolduc a pris en charge des patients tout au long des 18 mois du gouvernement minoritaire péquiste, mais en vertu des règles de la Régie, la prime ne peut être accordée que pour les patients pris en charge pour un minimum de 12 mois.

La semaine dernière, Philippe Couillard avait qualifié cette controverse «de grosse tempête dans un petit verre d'eau». Mais jeudi, il a admis qu'il ne choisirait pas le même mot. Il a dit être bien conscient que l'affaire avait soulevé un tollé dans l'opinion publique.

«J'ai bien entendu, écouté et lu tout ce qui s'est dit sur cette question au cours des derniers jours. J'ai pleinement conscience de l'inquiétude et de la perplexité des citoyens.»

Gaétan Barrette s'en prend à Claude Castonguay

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?