NOUVELLES

Pakistan: l'armée sur le point de contrôler Miranshah, 6 morts dans un tir de drone US

10/07/2014 10:23 EDT | Actualisé 09/09/2014 05:12 EDT

L'armée pakistanaise a annoncé être sur le point de reprendre le contrôle de Miranshah, principale ville du district du nord-ouest où elle a lancé ses troupes pour déloger les combattants talibans et d'Al-Qaïda qui en avaient fait leur bastion.

Dans la matinée jeudi, un drone américain a bombardé un repaire islamiste présumé dans cette même zone tribale du Waziristan du nord, frontalière de l'Afghanistan, tuant six rebelles selon des responsables locaux.

Mercredi, l'armée avait pour la première fois depuis le début de l'offensive à la mi juin emmené des journalistes dans cette zone dont elle avait en partie abandonné le contrôle aux rebelles ces dernières années.

La ville, qui était avant l'assaut de l'armée un lieu d'échange bourdonnant entre le Pakistan et l'Afghanistan tout proche, semblait déserte et jonchée de débris d'immeubles victimes des bombardements aériens du début d'offensive, ont constaté des journalistes de l'AFP.

A l'exception des soldats, seuls des chiens et ânes erraient entre les ruines à la recherche de restes de nourriture.

"La ville est libérée à 80% des terroristes", a déclaré sur place le général Zafarullah Khan, responsable de l'opération, tout en précisant qu'il restait toutefois de nombreuses bombes à déminer dans la ville.

Le porte-parole de l'armée, le général Asim Bajwa, a de son côté décrit le Miranshah d'avant l'offensive comme une sorte de supermarché où les jihadistes locaux et étrangers s'approvisionnaient en toute liberté en "armes, explosifs et détonateurs".

Selon des sources locales concordantes, la grande majorité des rebelles avaient fui la zone avant l'offensive.

Les soldats ont également montré à la presse un lieu décrit comme un "centre d'entraînement de kamikazes", où des vestes bardées d'explosifs servant pour les attentats suicide étaient alignées contre un mur.

L'armée a indiqué avoir au total retrouvé 23 tonnes de matériel explosif à Miranshah, dont des bombes artisanales, mines et grenades.

Dans la matinée, à 35 km de Miranshah, un drone américain a tiré quatre missiles sur un complexe de bâtiments à Doga Macha Madda Khel, dans une zone montagneuse, difficile d'accès et connue pour être un repaire islamiste.

"Les missiles ont complètement détruit le complexe et un véhicule garé à l'extérieur, et tué six rebelles", a déclaré à l'AFP un responsable local des services de sécurité.

L'attaque et son bilan ont été confirmés par un second responsable de sécurité local, qui a précisé que les rebelles tués étaient quatre étrangers et deux pakistanais qui avaient fui Miranshah au début de l'offensive.

Ce bilan ne pouvait toutefois être confirmé de source indépendante, faute notamment de médias sur place.

Washington avait suspendu son programme controversé de tirs de drones en décembre dernier à la demande d'Islamabad qui souhaitait à l'époque entamer des pourparlers avec le TTP, principal groupe rebelle islamiste pakistanais.

Les Américains ont repris ces tirs en juin, juste après une attaque talibane sanglante contre le grand aéroport du pays, à Karachi (sud).

C'est à la suite de cet assaut taliban que le Pakistan s'est décidé à lancer l'offensive contre les rebelles au Waziristan du Nord, attendue de longue date par Washington.

Cette zone tribale est devenue au fil des années un repaire pour le TTP, auteur d'innombrables attentats sanglants au Pakistan depuis 2007, et ses alliés étrangers d'Al-Qaïda, et une base arrière des talibans afghans qui combattent le gouvernement de Kaboul et ses alliés de l'Otan de l'autre côté de la frontière.

hk-shk-cg/sjd/pdw/emd/fw

PLUS:hp