NOUVELLES

Indonésie/présidentielle: Widodo redoute des fraudes au dépouillement

10/07/2014 07:28 EDT | Actualisé 09/09/2014 05:12 EDT

Le gouverneur de Jakarta, Joko Widodo, a appelé jeudi ses partisans à surveiller scrupuleusement le décompte des bulletins de vote en Indonésie, par crainte de fraudes au lendemain de la présidentielle à l'issue de laquelle les deux rivaux ont crié victoire.

Par ailleurs, la Bourse de Jakarta a accueilli favorablement la victoire attendue de Joko Widodo, surnommé Jokowi, après la publication mercredi soir d'estimations fiables lui donnant près de trois points d'avance sur son rival, l'ex-général controversé Prabowo Subianto.

Les deux candidats se sont déclaré vainqueurs du scrutin dans la troisième démocratie du monde, dont les résultats officiels seront publiés seulement les 21 et 22 juillet en raison des contraintes logistiques dans cet archipel de 17.000 îles et îlots.

Prabowo a déclaré ne pas être convaincu par les estimations réalisées sur la base des bulletins de vote décomptés après le scrutin, qui se sont révélées très proches des résultats officiels lors de précédentes élections.

Au cours d'une conférence de presse jeudi, Jokowi a insisté sur sa victoire et exprimé des inquiétudes sur de possibles fraudes lors du décompte des bulletins, dans un pays où la corruption est très répandue, en particulier dans le secteur public.

Ainsi, il a appelé les volontaires et membres de son parti à "surveiller de près le processus dans les bureaux de vote", afin d'éviter toute tricherie.

"J'appelle toutes les parties à ne pas s'immiscer dans le choix sincère des Indonésiens", a déclaré Jokowi.

Jokowi est considéré par ses partisans comme le candidat qui poursuivra les réformes démocratiques de l'ère post-Suharto (1967-1998). Cet ancien vendeur de meubles est le premier candidat à la présidentielle issue d'un milieu modeste et sans liens avec le régime autoritaire du passé.

Il a connu une ascension fulgurante en politique après avoir transformé la ville de Solo dont il a été maire, et avoir été propulsé gouverneur de Jakarta en 2012. Très populaire, il a soulevé l'espoir d'une nouvelle classe de dirigeants politiques, qui reste dominée par une élite issue de l'époque de Suharto.

- Réaction positive de la Bourse -

Prabowo Subianto est en revanche issu de l'élite politico-militaire et fut un temps le gendre de Suharto, avant de divorcer. Il a reconnu avoir enlevé des militants prodémocratie à la fin de l'ère Suharto et s'est présenté comme le dirigeant à poigne dont l'Indonésie a besoin, séduisant une partie de l'électorat souhaitant un homme fort à la tête du pays. Prabowo a déclaré récemment que la démocratie telle qu'elle était conçue en Occident n'était "pas adaptée à l'Indonésie", faisant craindre un retour à l'autoritarisme.

Sur le front économique, la Bourse de Jakarta a réagi positivement à la victoire attendue de Widodo, candidat préféré des marchés. L'indice de référence a clôturé jeudi sur une hausse de 1,46% à 5.098,01 points, après avoir ouvert sur un bond de plus de 2,5%.

Alors que Jokowi a lui aussi plaidé pour des mesures protectionnistes pendant la campagne électorale, il est considéré comme une personnalité plus favorable que Prabowo aux marchés étrangers, estime la banque américaine Merill Lynch.

"Les investisseurs étaient troublés ces deux derniers mois par la montée de la popularité de Prabowo" dans la première économie d'Asie du Sud-Est, a indiqué Merill Lynch, selon Dow Jones Newswire.

Après avoir largement devancé Prabowo dans les sondages au début de la campagne, Jokowi a vu son avance fondre ces derniers mois, au point que certains redoutaient une victoire de Prabowo.

Pour tenter de maintenir le calme après cette élection, la plus disputée en plus d'une décennie, le président sortant, Susilo Bambang Yudhoyono, a rencontré séparément les deux candidats mercredi soir dans sa résidence à la périphérie de Jakarta et les a appelés à renoncer à toute manifestation de victoire avant l'annonce des résultats officiels.

prm-sr/bfi/ml

PLUS:hp