NOUVELLES

GB: l'interdiction d'appareils électroniques déchargés étendue à tous les vols

09/07/2014 04:26 EDT | Actualisé 07/09/2014 05:12 EDT

Le Ministère britannique des transports a élargi mercredi à tous les vols l'interdiction faite aux passagers de transporter des appareils électroniques déchargés, qui était jusqu'ici limitée aux seuls avions desservant les Etats-Unis.

"Il est recommandé aux passagers au Royaume-Uni, à l'arrivée ou au départ, de s'assurer que les appareils électroniques transportés dans leur bagage à main sont chargés", a déclaré un porte-parole du ministère des Transports.

A défaut, téléphones, ordinateurs et autres tablettes électroniques ne seront pas autorisés à bord.

Pour des raisons de sécurité, le ministère n'a cependant pas précisé quelles destinations étaient plus particulièrement concernées, mais il a assuré faire au mieux "pour minimiser les perturbations".

Ces mesures complètent celles annoncées lundi par le gouvernement américain pour les avions à destination des Etats-Unis.

Les responsables de la sécurité "contrôlent tous les appareils électroniques", a précisé l'agence américaine du transport aérien dans un communiqué.

"Pendant le contrôle, ils pourront demander à leurs propriétaires d'allumer leurs appareils, y compris les téléphones portables. Les appareils déchargés ne seront pas admis à bord" et "le voyageur pourra également faire l'objet d'un contrôle supplémentaire", a-t-elle ajouté.

Les autorités américaines craignent que les ordinateurs portables, tablettes, téléphones portables et autres appareils électroniques puissent recéler des bombes, a expliqué lundi une source proche du dossier à la chaîne américaine NBC.

La sécurité aéroportuaire avait déjà été renforcée au Royaume-Uni la semaine dernière, "là où les passagers passent la sécurité", avait annoncé Patrick Mc Loughlin, le Ministre britannique au transport.

"La sécurité des voyageurs doit primer, nous ne devons prendre aucun risque", avait déclaré le Premier ministre britannique David Cameron alors que ses services mentionnaient "une menace évolutive".

Ce renforcement de la sécurité intervient sur fond d'instabilité au Proche-Orient et sur des menaces potentielles d'attaques de jihadistes revenant de Syrie.

Le Premier ministre David Cameron a ainsi estimé que 400 Britanniques ont combattu ou combattent en Syrie aujourd'hui, "et projettent aussi de nous attaquer ici", au Royaume-Uni.

sds/dh/abk

PLUS:hp