NOUVELLES

Wall Street hésite avant une semaine courte mais chargée

30/06/2014 10:19 EDT | Actualisé 30/08/2014 05:12 EDT

Wall Street oscillait autour de l'équilibre lundi après l'ouverture, d'humeur prudente à l'orée d'une semaine écourtée par un jour férié aux Etats-Unis mais chargée en indicateurs économiques: le Dow Jones cédait 0,21% mais le Nasdaq grappillait 0,10%.

La Bourse de New York avait terminé en légère hausse vendredi après avoir hésité pendant la majeure partie de la séance, faute d'éléments incitant les courtiers à s'impliquer franchement: le Dow Jones avait gagné 0,03% à 16.851,84 points et le Nasdaq 0,43% à 4.397,93 points.

Vers 13H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average lâchait 36,06 points à 16.815,78 points tandis que le Nasdaq, à dominante technologique, s'adjugeait 4,44 points à 4.402,37 points.

L'indice élargi S&P 500 abandonnait quant à lui 0,05% ou 0,91 point à 1.960,05 points.

Les investisseurs américains marchaient sur des oeufs en début de séance, se préparant à une semaine "marquée par une salve importante de statistiques économiques de taille", ont relevé les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

D'entrée de jeu, ils digéraient l'annonce d'un repli de l'activité économique dans la région de Chicago (nord) en juin, même s'il était moins fort que prévu, et d'une hausse plus importante qu'anticipé des ventes de logements en mai dans le secteur jugé crucial de l'immobilier.

Mais l'attention du marché se tournera avant tout sur l'emploi, avec les chiffres ADP dans le privé mercredi, les inscriptions hebdomadaires au chômage jeudi et, chose peu commune, les statistiques mensuelles très attendues sur le secteur, habituellement publiées chaque premier vendredi du mois mais avancées à jeudi en raison de la Fête nationale américaine le 4 juillet.

Les marchés financiers américains resteront clos pour ce jour de commémoration de l'indépendance américaine, avec une fermeture anticipée de Wall Street la veille.

Ils jetteront également un oeil jeudi sur la réunion mensuelle de la Banque centrale européenne (BCE).

Un discours du président de la Banque centrale américaine (Fed) de San Francisco, John Williams, sur la politique monétaire de la Banque centrale en deuxième partie de séance sera suivi attentivement.

Les opérateurs guettent en effet tout signe laissant anticiper un relèvement des taux directeurs, actuellement proches de zéro, aux Etats-Unis, craignant qu'une telle mesure ne provoque un tarissement de l'afflux de liquidités sur les marchés.

Le marché obligataire reculait. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans progressait à 2,541% contre 2,532% vendredi soir, et celui à 30 ans à 3,368% contre 3,365% en fin de semaine dernière.

ppa/sl/sam

PLUS:hp