NOUVELLES

Irak: la déclaration des jihadistes sur le califat "ne signifie rien" (USA)

30/06/2014 02:16 EDT | Actualisé 30/08/2014 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont affirmé lundi que la proclamation par des insurgés islamistes d'un califat couvrant les territoires qu'ils contrôlent à cheval sur l'Irak et la Syrie "ne signifie rien".

"Nous avons (déjà) vu ce genre de formule" de la part de l'EIIL (Etat islamique en Irak et au Levant, qui se fait désormais appelé Etat islamique, ndlr), a ajouté la porte-parole du département d'Etat Jen Psaki.

"Cette déclaration ne signifie rien pour les populations en Irak et en Syrie", a-t-elle déclaré.

L'EIIL essaie seulement "de contrôler les populations par la peur", guidés par une "idéologie répressive".

A la veille d'une réunion du Parlement irakien pour amorcer la formation d'un nouveau gouvernement, la représentante de la diplomatie américaine a ajouté que Washington "exhortait les dirigeants irakiens à se mettre d'accord sur les trois postes-clés pour la formation du gouvernement".

La Maison Blanche a affirmé de son côté que l'EIIL avait lancé une "campagne de terreur avec de grossiers actes de violence et une idéologie répressive qui représentent une grave menace pour l'avenir de l'Irak".

"L'EIIL ne se bat pas pour un Irak plus fort. L'EIIL se bat pour détruire l'Irak. Et c'est pour cela que vous voyez cette administration travailler étroitement avec les dirigeants politiques irakiens afin de les encourager à unir le pays pour faire face à cette menace existentielle", a déclaré le porte-parole de l'exécutif américain Josh Earnest.

Les jihadistes sunnites contrôlant de larges pans de territoire en Irak et en Syrie voisine ont affiché leur détermination à étendre leur hégémonie en annonçant dimanche la création d'un califat et appelant les musulmans du monde entier à prêter allégeance à leur chef.

Sur le terrain, les forces gouvernementales irakiennes poursuivaient lundi pour le troisième jour consécutif leur contre-offensive pour reprendre Tikrit (nord), ancien fief de Saddam Hussein tombé comme de nombreuses autres régions aux mains des insurgés au cours de leur avancée fulgurante débutée le 9 juin.

jkb/are/rap

PLUS:hp