NOUVELLES

Flambée de violences au Nigeria depuis près de trois mois

30/06/2014 11:14 EDT | Actualisé 30/08/2014 05:12 EDT

Le Nigeria est le théâtre depuis la mi-avril d'une flambée de violences, revendiquées ou attribuées au groupe islamiste armé Boko Haram, avec une série d'attentats et un enlèvement sans précédent de lycéennes.

L'insurrection islamiste a fait plusieurs milliers de morts depuis cinq ans et au moins 2.500 depuis le début de l'année, selon des estimations d'organisations de défense des droits de l'homme.

- 14 avril 2014: 276 lycéennes sont enlevées dans leur établissement scolaire par des hommes armés à Chibok, dans l'Etat de Borno (nord-est), région d'origine de l'insurrection menée par Boko Haram. Le chef du groupe revendique le kidnapping des lycéennes, qu'il veut "vendre" comme "esclaves" et "marier" de force. 57 jeunes filles réussissent à s'enfuir dans les jours suivant leur capture, mais 219 restent aux mains des islamistes.

L'enlèvement massif et les vidéos de Boko Haram ont suscité un mouvement d'indignation mondiale et braqué les projecteurs sur une violence jusqu'alors peu médiatisée. Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et Israël ont envoyé des experts et des moyens matériels pour aider à retrouver les lycéennes.

- 14 avril: Au moins 75 personnes sont tuées dans un attentat dans la gare de bus de Nyanya, à quelques km du centre-ville d'Abuja, l'attentat le plus meurtrier jamais commis sur le territoire de la capitale. L'attentat est revendiqué par Boko Haram.

Le 1er mai, un attentat à la voiture piégée fait au moins 19 morts et 80 blessés dans cette gare routière.

La plupart des attaques étaient jusqu'ici concentrées sur le Nord-Est, fief historique du groupe islamiste.

- 5 mai: Au moins 300 personnes sont tuées, selon des sources locales, dans une attaque à Gamboru Ngala, une ville proche de la frontière camerounaise dans l'Etat de Borno. Toute la ville est détruite.

- 20 mai: Deux attentats à la voiture piégée sur un marché de la ville de Jos (centre) font au moins 118 morts. L'attaque est attribuée à Boko Haram. Le double attentat intervient le jour où l'état d'urgence en vigueur depuis un an est prolongé dans les Etats de Yobe, Adamawa et Borno (nord-est).

- 1er juin: Plus de 40 morts dans un attentat à la bombe à l'issue d'un match de football à Mubi (nord-est). Plusieurs centres de retransmission et terrains de football ont été attaqués dans le pays.

- 3 juin: Des hommes très lourdement armés, en tenues militaires, détruisent les villages de Goshe, d'Attagara, d'Agapalwa et d'Aganjara, dans l'Etat de Borno: entre 400 et 500 morts, selon des chefs locaux.

Le lendemain, une nouvelle tuerie fait 45 morts en périphérie de Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno.

- 17 juin: Au moins 21 morts dans l'explosion d'une bombe près d'un centre de retransmission de matches de la Coupe du monde de football à Damaturu, capitale de l'Etat de Yobe (nord).

- 24 juin: Des responsables locaux déclarent qu'au moins 30 personnes ont été tuées et plus de 60 femmes et jeunes filles enlevées dans une série d'attaques sur plusieurs jours attribuées à Boko Haram dans l'Etat de Borno.

- 25 juin: Au moins 21 morts dans un attentat à la bombe dans un centre commercial en plein centre d'Abuja, le 3e en trois mois dans la capitale.

- 29 juin: Des assaillants, circulant à moto, lancent des bombes dans les églises de quatre villages autour de Chibok, Kwada, Ngurojina, Karagau et Kautikari pendant la messe, faisant plus de 50 morts. L'attaque est attribuée aux islamistes de Boko Haram.

acm/bc/cdc/jlb

PLUS:hp