DIVERTISSEMENT

FIJM: Diana Krall, une histoire d'amour depuis presque 20 ans

30/06/2014 02:42 EDT | Actualisé 01/07/2014 12:34 EDT
David Kirouac

Diana Krall a offert à son public un véritable voyage dans le temps en transformant la Place des Arts en un bal populaire des années 30, dimanche soir, dans le cadre du 35e Festival international de jazz.

Au rythme de belles ballades romantiques, de nombreux couples ont dansé quelques valses. D’autres ont même été jusqu’à enlever leurs chaussures pour swinguer au son des performances exceptionnelles de ses musiciens. Dont un musicien surprise qui a rejoint la chanteuse juste avant la fin du spectacle, son mari, Elvis Costello.

«C’était fabuleux, elle est extraordinaire Diana, s’est exclamée à la fin du concert une des spectatrices, France Seguin. Je la redécouvre ce soir, je l’associais à quelque chose d’un peu dépassé, mais elle a un répertoire extraordinaire, qui va du jazz au rock et au blues».

Diana Krall a laissé une grande place à ses musiciens hors pair, mais aussi à une de ses passions, le cinéma. Des extraits de films ont été projetés en arrière-plan de la belle à la voix de velours, apportant à son concert une touche moderne et spectaculaire.

Près de vingt ans après sa première opportunité, que lui avait offerte le Festival de jazz en 1995, la chanteuse originaire de Colombie-Britannique est venue clore la tournée qui a suivi la sortie de son dernier opus Glad Rag Doll.

Pour la première fois elle a donné sur l’esplanade un concert gratuit, au cours duquel elle a rappelé à plusieurs reprises l’attachement qu’elle porte au festival. Une histoire d’amour que lui rendent d’ailleurs bien les Montréalais qui se sont déplacés en très grand nombre pour assister au spectacle.

Au point même où la sécurité a dû refuser l’entrée à de nombreuses personnes. Celles-ci ont tout de même pu profiter de la voix grave et suave de la chanteuse de jazz devant un écran mis à leur disposition en face de l’édifice de l’UQAM.

«Il y a trop de monde, mais c’est Diana Krall, c’est impossible de faire un show plus intimiste», a affirmé Olga Plakhov venue assister au spectacle avec son mari.

Il semblerait en effet que cette année le festival ait été victime de sa programmation impressionnante. Les organisateurs ont même annoncé dimanche avoir atteint un record dans la prévente des billets.

INOLTRE SU HUFFPOST

Festival de Jazz: 29 juin 2014