NOUVELLES

Ariane : "nous changeons de braquet" avec le rapprochement Airbus-Safran (Enders)

30/06/2014 01:12 EDT | Actualisé 30/08/2014 05:12 EDT

Le rapprochement décidé entre Airbus Group et Safran pour concevoir et produire la future fusée Ariane 6 doit permettre à l'industrie spatiale européenne "de changer de braquet", a déclaré le patron d'Airbus group, Tom Enders, lundi à Toulouse.

A l'ouverture de la quatrième édition du "Toulouse space show" rassemblement mondial de professionnels de l'industrie spatiale, avec 1.500 participants de 50 pays (30 juin- 2 juillet) à Toulouse (sud-ouest de la France), M. Enders et le président du Centre français d'études spatiales (CNES) Jean-Yves Le Gall ont souligné l'importance de cette réorganisation.

Airbus Group, maître d'oeuvre de la fusée européenne Ariane, et Safran, qui produit ses moteurs, ont signé à la mi-juin un mémorandum d'accord pour créer une coentreprise qui prendra en charge les futures fusées Ariane, de la conception à la production et jusqu'au lancement, sur le modèle de son nouveau concurrent américain SpaceX.

Safran et Airbus Group, a déclaré son patron allemand, "ont décidé de changer le jeu" car c'est ce qu'a fait Space X. "Nous voulons aller vers une structure plus intégrée, plus efficace", a dit M. Enders.

Evoquant la situation de l'industrie spatiale européenne, il a parlé d'un "parallèle frappant avec la situation d'Airbus dans les années 1990".

"Nous étions un consortium très souple, le pouvoir restait entre les mains des maisons-mères" au moment de la fusion entre Boeing et McDonnell Douglas, a-t-il rappelé. "Nous sommes rapidement parvenus à la conclusion que nous ne pouvions pas être compétitifs face à ce géant, nous devions devenir une vraie société intégrée" dans l'aéronautique.

Dans le domaine de l'espace, face à Space X, M. Enders se dit convaincu que la création de la société commune Airbus-Safran "va permettre d'accélérer, de changer de braquet", dans le sens de la rationalisation industrielle.

M. Le Gall a aussi salué cette évolution au cours de la présentation à la presse du Toulouse Space Show. "Nous travaillons depuis plusieurs années sur une conception et une organisation simplifiées d'Ariane 6", a-t-il dit. L'accord annoncé "est une excellente chose, ce qui est très important c'est qu'il faut s'organiser face à la menace des Américains, des pays émergents".

Il n'a en revanche pas souhaité commenter la place qui serait accordée au CNES, jusqu'ici principal actionnaire d'Arianespace, dans la nouvelle structure.

Au moment de l'annonce du projet de rapprochement des industriels, il y a deux semaines, le PDG de Safran, Jean-Paul Herteman avait déclaré : "Dans notre idée, la nouvelle entité a vocation aussi à intégrer l'opérateur de lancement Arianespace et les compétences de la direction des lanceurs du CNES".

dbe/lbx/thm/sym

PLUS:hp