NOUVELLES

Mondial-2014 - Etats-Unis: Klinsmann adepte de la pensée positive

29/06/2014 06:22 EDT | Actualisé 29/08/2014 05:12 EDT

Adepte de la pensée positive, le sélectionneur allemand des Etats-Unis, Jürgen Klinsmann, pense déjà au delà du 8e de finale contre la Belgique, au point d'exhorter ses joueurs à réserver leurs vols retours pour après le 13 juillet, jour de la finale.

En charge des Stars and Stripes depuis 2011, "Klinsi", 49 ans, avait été critiqué par plusieurs médias américains à la veille de la phase finale au Brésil pour avoir déclaré que les Américains n'étaient pas des candidats réalistes à la victoire finale.

Mais après la convaincante qualification pour les 8e de finale, au détriment du Portugal et du Ghana, et après une courte défaite (1-0) contre l'Allemagne, le champion du monde 1990 avec la Mannschaft a instillé un état d'esprit positif.

"Ils ont la force de caractère de joueurs habitués à être présentés comme des outsiders", avait relevé USA Today après la qualification. Et dès avant le 8e contre les Diables Rouges, Klinsmann a annoncé que son équipe prévoyait de rester plus longtemps au Brésil.

"Je pense que si tout le monde va au bout de ses limites personnelles dans le contexte de l'équipe, nous allons aller plus loin dans ce tournoi", a confié l'ancien sélectionneur de l'équipe d'Allemagne (2004-2006).

"Mais vous devez prendre conscience de ce moment. Aussi, j'ai demandé à tout le monde, à tous les joueurs de s'assurer que tous leur vols sont réservés après le 13 juillet", a expliqué Klinsmann.

"C'est juste comme cela que vous devez approcher une Coupe du monde, peu importe ce qui se passe maintenant. Vous pouvez toujours changer vos vols, ainsi commençons avec la fin en tête. La fin est le 13 juillet", a-t-il insisté.

Klinsmann a admis que les Etats-Unis manquaient de consistance pour jouer au haut niveau sur une année entière. Mais dans une compétition avec des matchs à élimination directe, ils ont une chance.

- Approche mentale -

"Chaque jour où nous allons avoir un match à élimination directe, pouvons nous le faire ? Oui, nous pouvons", a martelé le sélectionneur des Eagles, en recyclant le fameux "Yes, we can" de Barack Obama.

"Cela est maintenant un de nos repères. Nous voulons être un jour dans le top 10 - top 12 mondial. Aussi si nous voulons y être, c'est maintenant le moment", a-t-il poursuivi.

Avec l'arrivée de ces matchs à élimination, Klinsmann, un habitué des séances de tirs au but en tant que joueur avec des victoires en demi-finales contre l'Angleterre au Mondial-1990 et à l'Euro-1996, a indiqué que son équipe travaillait déjà cet exercice depuis des semaines.

"Cela fait juste partie d'une préparation normale. Vous devez être préparé pour ces choses", a-t-il fait remarquer.

"Vous dites aux joueurs comment aborder un penalty. C'est une approche mentale. Si vous n'êtes pas préparé pour ce moment d'aller de la ligne médiane jusqu'au point de penalty, devant 60.000 spectateurs, et de faire le travail, je pense que c'est un tort", selon Klinsmann.

Des billets de retour au pays à partir du 14 juillet aux répétitions de séances de tirs au but, le sélectionneur allemand a décidément tout prévu. De quoi vous forger un mental !

th/dhe/ol/cda

PLUS:hp