NOUVELLES

Libération de deux Tunisiens dont un diplomate enlevés en Libye (ambassade)

29/06/2014 02:16 EDT | Actualisé 29/08/2014 05:12 EDT

Un diplomate tunisien et un autre employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, enlevés depuis plusieurs semaines à Tripoli, ont été libérés dimanche par leurs ravisseurs, a indiqué à l'AFP une source à la chancellerie.

"Ils ont été libérés et devraient rentrer en Tunisie bientôt", a déclaré cette source sous couvert de l'anonymat, précisant que les deux hommes étaient "en bonne santé".

Le 21 mars, un employé de l'ambassade de Tunisie à Tripoli, Mohamed Ben Cheikh, a été enlevé dans la capitale libyenne. Le 17 avril, un diplomate tunisien, Al-Aroussi Kontassi, a été enlevé à son tour dans la même ville.

Le 23 avril, un groupe jihadiste inconnu appelé "Chabab Al-Tawhid" a publié une vidéo de Mohamed Ben Cheikh dans laquelle l'otage supplie le président tunisien de négocier avec ses ravisseurs. L'enregistrement ne fait pas mention d'Al-Aroussi Kontassi, enlevé selon Tunis par le même groupuscule.

Selon les autorités tunisiennes, les ravisseurs exigent la libération de "terroristes libyens" condamnés à de la prison pour leur implication dans une opération antiterroriste dans le nord-est de la Tunisie.

La source de l'ambassade de Tunisie n'a pas précisé les circonstances de la libération des deux hommes mais a affirmé qu'elle avait eu lieu "grâce aux négociations" et que Tunis "n'a pas cédé" aux demandes des ravisseurs.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, les représentations diplomatiques en Libye sont régulièrement la cible d'attaques et d'enlèvements par des milices qui font la loi dans le pays.

L'ambassadeur de Jordanie Fawaz Al-Aitan a été enlevé à la mi-avril et son chauffeur blessé par balles, dans une attaque contre son convoi à Tripoli. Il a été libéré près d'un mois plus tard en contrepartie de la libération d'un jihadiste libyen détenu en Jordanie.

Avant lui, cinq diplomates égyptiens ont été enlevés en janvier et détenus durant deux jours par une milice qui a réclamé la libération de son chef arrêté en Egypte.

Selon des sources diplomatiques à Tripoli, ces enlèvements sont souvent perpétrés par des milices qui tentent d'obtenir la libération de Libyens détenus à l'étranger.

ila/tp

PLUS:hp