NOUVELLES

Soudan: l'armée et les rebelles du SPLM-N s'affrontent dans le Kordofan-Sud

28/06/2014 05:56 EDT | Actualisé 28/08/2014 05:12 EDT

Les troupes soudanaises et les rebelles du Mouvemement populaire de libération du Soudan (SPLM-N) se sont affrontés samedi dans la région du Kordofan-Sud (sud), près de son chef-lieu bombardé par les rebelles, ont annoncé les deux parties.

"Notre artillerie a bombardé des positions militaires dans la ville de Kadougli", ainsi que dans les secteurs de Daldako et Al-Hamra, aux abords de la localité, ont affirmé les rebelles du SPLM-N dans un communiqué.

Cette attaque du SPLM-N s'inscrit dans une "puissante contre-attaque" contre l'armée soudanaise, engagée plus tôt dans la zone de Al-Atmur à une quarantaine de kilomètres de Kadougli.

Les rebelles ont affirmé avoir tué 15 militaires et détruit un char au cours de cette première offensive, déclenchée dans une région que les Forces armées soudanaises (FAS) avaient déclaré "libérée" le 6 juin dernier.

"De lourds combats ont eu lieu", a confirmé à l'AFP le porte-parole des FAS, Sawarmi Khaled.

"Ils ont essayé d'attaquer la région d'Al-Atmur mais nous les avons vaincus", a-t-il déclaré, affirmant que l'armée avait tué 50 rebelles et contrôlait toujours la zone après les derniers affrontements.

Les bilans de victimes donnés par les deux parties doivent toutefois être considérés avec prudence, ont estimé les analystes.

Selon un habitant de Kadougli interrogé par l'AFP, les combats ont commencé samedi vers 06H00 heure locale (03H00 GMT) et se sont poursuivis pendant près de quatre heures.

"L'artillerie lourde a été utilisée par les deux parties", a-t-il ajouté.

Le SPLM-N bombarde régulièrement Kadougli depuis fin 2012, des attaques qui ont fait des victimes civiles, d'après le gouvernement. Les offensives se sont intensifiées ces deux derniers mois.

Mercredi, Amnesty International a jugé que les raids aériens de l'armée soudanaise sur le Kordofan-Sud pourraient s'inscrire dans une stratégie visant à affamer la population de cette région.

Pour le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), les civils continuent de subir les conséquences de ces combats "avec davantage de personnes déplacées et de structures civiles touchées dans les secteurs tenus par le SPLM-N".

A l'image du conflit qui secoue la région du Darfour (ouest) depuis 11 ans, une lutte oppose depuis trois ans le pouvoir aux rebelles du Kordofan-Sud qui s'estiment politiquement et économiquement marginalisés par le régime du président Omar el-Béchir.

Le Soudan a imposé des restrictions sévères aux déplacements des organisations d'aide humanitaire dans le Kordofan-Sud depuis le début des combats en juin 2011.

it/feb/emb/cgu/plh

PLUS:hp