NOUVELLES

Réunion d’urgence pour lutter contre le virus Ebola

28/06/2014 03:04 EDT | Actualisé 28/08/2014 05:12 EDT
AFP

L'Organisation mondiale de la Santé lance un appel à la mobilisation générale en Afrique de l'Ouest, où sévit la plus grave épidémie jamais signalée de fièvre hémorragique Ebola.

L'OMS convoque en effet une réunion d'urgence de 11 pays de la région les 2 et 3 juillet à Accra, au Ghana, afin de prendre des mesures drastiques pour empêcher la propagation du virus mortel.

L'épidémie, qui s'est déclarée en Guinée au printemps et qui s'est ensuite propagée à la Sierra Leone et au Liberia voisins, a regagné du terrain en raison d'un relâchement de la mobilisation, estime l'OMS.

Le dernier bilan fait état de près de 400 morts et de plus de 630 personnes infectées.

Cas détectés de fièvre Ebola en Afrique de l'Ouest

Une souche agressive

Le virus, hautement contagieux, se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus infectés, et il n'existe aucun médicament pour le tuer.

« On est confronté à la souche la plus agressive d'Ebola, la souche Zaïre. C'est une souche qui tue plus de neuf personnes sur dix », rappelle Michel Van Herp, épidémiologiste pour Médecins sans frontières (MSF).

« L'épidémie est hors de contrôle », n'hésite pas à dire son collègue Bart Janssens, directeur des opérations à MSF.

Le virus se répand rapidement entre autres à cause d'une certaine ignorance, explique MSF. « Les habitants continuent d'être effrayés par cette maladie qui est totalement inconnue dans la région, et ils restent méfiants à l'égard des structures de santé », dit l'organisme.

Les rituels funéraires, où les gens touchent le défunt, contribuent également à propager la maladie.

Le virus Ebola, qui a une période d'incubation de 21 jours, provoque de la fatigue et de la fièvre avant de s'aggraver en maux de tête, vomissements, diarrhées violentes et hémorragie interne.

« Notre action vise à les rendre plus forts, à faire en sorte que leur corps ne soit pas déshydraté, afin qu'ils arrivent à produisent des anticorps qui nettoieront le virus de leur corps », explique Michel Van Herp, de MSF.

Avec un reportage d'Isabelle Girard

INOLTRE SU HUFFPOST

La structure incroyable des virus