NOUVELLES

Thaïlande: un moine bouddhiste défroqué condamné pour viol d'une mineure

27/06/2014 02:14 EDT | Actualisé 26/08/2014 05:12 EDT

Un moine bouddhiste défroqué a été condamné en Thaïlande à cinq ans et demi de prison pour le viol d'une adolescente dans son monastère de Bangkok, a annoncé vendredi à l'AFP une source judiciaire.

Cette affaire est la dernière d'une longue liste ayant récemment frappé le clergé du royaume, les médias locaux rapportant notamment des cas d'usage de drogue, d'ivresse, de paris et de recours à des prostituées.

Sanan Kamsrideang, 65 ans, défroqué l'an dernier au moment de son arrestation, a été reconnu coupable jeudi de viol sur mineure et d'avoir retenu cette mineure contre son gré.

"Il a été condamné à six ans pour la première accusation et cinq ans pour la deuxième, mais parce qu'il a reconnu les faits, le juge a réduit sa peine de moitié, à cinq ans et six mois", a indiqué un responsable de la Cour criminelle de Bangkok.

Quelque 95% des Thaïlandais sont bouddhistes pratiquants, soit l'un des taux les plus élevés du monde.

En raison des récents scandales, et alors que la junte au pouvoir depuis le 22 mai a lancé des opérations pour restaurer la "moralité" du pays, les autorités religieuses ont lancé la semaine dernière une ligne téléphonique pour permettre au public de dénoncer les comportements indélicats des moines.

Selon le directeur du Bureau national du bouddhisme, Napparat Benjawattananant, cette ligne téléphonique d'urgence a déjà reçu 142 appels, dont certaines liées à des accusations d'actes sexuels.

Pour ces cas, "nous devons conduire une enquête en profondeur", a-t-il indiqué.

Napparat a d'autre part recommandé que les moines ayant des relations sexuelles consenties soient également condamnés au pénal, en plus d'être défroqués, en raison de l'atteinte à l'image du bouddhisme.

En septembre dernier, les autorités avaient saisi pour plusieurs centaines de milliers d'euros de biens, notamment une Porsche, appartenant à un moine bouddhiste défroqué.

Wiraphon, connu comme Luang Pu Nen Kham, son nom de moine, avait d'abord suscité la polémique avec la diffusion d'une vidéo le montrant avec d'autres religieux dans un jet privé. Il est également accusé d'avoir eu il y a plusieurs années des relations sexuelles avec une mineure qui l'accuse d'être le père de son fils.

Le mois dernier, cinq moines à la tête de monastères avaient été arrêtés et défroqués, accusés de violences sexuelles sur huit enfants dans le nord du pays.

ask-abd/jh

PLUS:hp