NOUVELLES

Nouvelles manifestations en Pologne contre la pièce "Golgota Picnic"

27/06/2014 06:27 EDT | Actualisé 27/08/2014 05:12 EDT

De nouveaux rassemblements d'ultracatholiques ont eu lieu vendredi soir dans différentes villes de Pologne pour tenter d'empêcher des lectures ou des projections vidéo du spectacle controversé "Golgota Picnic" de l'Argentin Rodrigo Garcia.

Fortes généralement de plusieurs centaines de personnes brandissant des pancartes "Non à la profanation" et "Oui à la culture, non au blasphème", ou des rosaires, les manifestations se déroulaient au son de prières récitées, de chants religieux ou de sifflets.

A Varsovie, la police a barré l'entrée du théâtre TR pour empêcher les manifestants de pénétrer dans la salle où le spectacle était reproduit sur un écran, a constaté un photographe de l'AFP.

Des scènes similaires se sont déroulées notamment à Bydgoszcz (centre), Bialystok (nord-est), Wroclaw (sud-ouest) et Katowice (sud). A Lodz (centre) la lecture de la pièce a dû être annulée, la salle de théâtre ayant été investie par un groupe de manifestants, selon l'agence PAP.

Les lectures et les projections vidéo de Golgota Picnic s'inscrivent dans le cadre d'une action de protestation des milieux artistiques polonais destinée à dénoncer une "censure idéologique" de l'Eglise polonaise après un premier retrait de la pièce de l'affiche d'un festival à Poznan (ouest), le week-end dernier.

L'Institut théâtral polonais, la principale institution en matière de théâtre, a apporté son soutien à l'initiative de gens de théâtre.

"Nous appelons tous les gens du théâtre et tous les citoyens polonais à protester massivement contre la violence dans la vie publique et à défendre la liberté de parole, d'opinion et d'expression artistique", ont écrit les auteurs de cette initiative.

Golgota Picnic, une métaphore de la Cène présentée comme le dernier repas de l'humanité et de la société de consommation, devait être montré à deux reprises au cours du festival Malta à Poznan (ouest).

Son directeur, Michal Merczynski, a cependant retiré la pièce de l'affiche "en raison d'importants risques d'échauffourées, dont l'ampleur et la forme peuvent être dangereuses pour les spectateurs, les acteurs, et des tierces personnes".

Selon l'archevêque de Poznan, Stanislaw Gadecki, "le spectacle est perçu comme blasphématoire et se moquant de façon grossière de ce qui est de plus sacré pour les chrétiens".

La pièce, qui a été jouée dans plusieurs pays, a soulevé des protestations massives des milieux catholiques au moment de ses représentations en France en 2011.

sw/jr

PLUS:hp