NOUVELLES

Mondial-2014: le soutien des Brésiliens aux manifestations chute de 75 à 54%

27/06/2014 02:59 EDT | Actualisé 27/08/2014 05:12 EDT

L'appui aux manifestations populaires massives contre l'organisation de la Coupe du monde a chuté de 75 à 54%, en moins d'un an - d'août 2013 à mai 2014 -, selon une enquête gouvernementale diffusée vendredi.

Ce pourcentage tient compte des personnes ayant manifesté, qui auraient aimé manifester ou encore qui approuvent ce mouvement de protestation, d'après cette étude du Secrétariat des affaires stratégiques (SAE) du gouvernement.

Le Brésil, septième puissance économique mondiale, a été secoué l'an dernier, en pleine Coupe des Confédérations, par une fronde sociale historique contre la facture du Mondial (11 milliards de dollars) et les déficiences criantes des transports publics, de l'éducation et de la santé.

Les manifestations ont ensuite perdu en intensité mais se sont radicalisées sous l'influence des anarchistes Black Blocs, dégénérant systématiquement en heurts avec la police et actes de vandalisme.

L'enquête du SAE, qui a été effectuée dans 200 villes auprès de 3.800 personnes, montre également que le nombre de Brésiliens opposés aux manifestations a augmenté significativement, passant de 25,69% en août 2013 à 45,78% en mai dernier.

Interrogés sur leur participation à de nouvelles manifestations, 22,70% des personnes interrogées ont affirmé qu'elles ne manifesteraient pas, alléguant qu'elles n'avaient pas aimé le résultat des manifestations passées.

D'après le ministre du SAE, le profil du manifestant brésilien est différent de celui du mouvement "Occupez Wall Street" ou des Indignés en Espagne: au Brésil, le mouvement protestataire est majoritairement formé de jeunes, avec un niveau d'étude plus élevé et un accès à Internet.

Actuellement, les Brésiliens se passionnent beaucoup plus pour le Mondial qu'ils rêvent de remporter pour la sixième fois, le 13 juillet au Stade Maracana de Rio de Janeiro.

Les manifestations quotidiennes en marge du Mondial ne rassemblent plus que des poignées de militants d'extrême gauche ou d'anarchistes.

cdo/hdz/jta

PLUS:hp