NOUVELLES

Mondial-2014: la sanction contre Suarez l'un des "pires moments de l'histoire du football" (Mujica)

27/06/2014 12:51 EDT | Actualisé 27/08/2014 05:12 EDT

Le président de l'Uruguay Jose Mujica a repris vendredi la défense de l'attaquant de l'équipe nationale Luis Suarez, exclu du Mondial jeudi par la Fifa pour avoir mordu un adversaire, estimant que sa sanction "resterait dans les pires moments de l'histoire du football".

Au cours de son allocution radio hebdomadaire, "Habla el presidente" (Le président parle), M. Mujica n'a toutefois pas remis en cause le fait que Suarez ait été sanctionné, car "d'une certaine façon, cela peut se comprendre".

Mais "on ne peut pas comprendre la forme, les procédés appliqués", a-t-il en revanche ajouté.

"Je crois que cela sera inoubliable, que cela restera dans les pires moments de l'histoire du football. Cela sera une honte éternelle dans la mémoire des Mondiaux", a poursuivi le président.

Il a ajouté qu'il avait reçu le joueur à son retour en Uruguay, vendredi à l'aube, pour lui donner "une humble accolade".

"Avant tout, (le Mondial) est une fête", a-t-il toutefois rappelé. "Deuxièmement, ça n'est pas une guerre, en aucune sorte. Que la douleur et l'offense ne nous diminuent pas (...)", a invité M. Mujica, un ancien guérillero septuagénaire.

Auparavant, le président avant déjà pris la défense de l'attaquant vedette des "Celestes" et du club anglais de Liverpool, affirmant qu'il ne l'avait "vu mordre personne".

Luis Suarez, qui a mordu le défenseur italien Giorgio Chiellini à l'épaule gauche mardi au cours d'un match remporté par l'Uruguay 1 à 0, a été contraint de quitter le camp de base de sa sélection au Brésil après sa suspension.

Jeudi matin, la Fifa l'avait sanctionné de neuf matches de suspension et quatre mois d'interdiction de toute activité liée au football.

aic/gr/hdz/dhe

PLUS:hp