NOUVELLES

Mondial - Pékerman: la Colombie a rêvé de "jouer un match comme ça"

27/06/2014 03:22 EDT | Actualisé 27/08/2014 05:12 EDT

Le sélectionneur de la Colombie José Pékerman assure que lui et ses joueurs ont "toujours voulu jouer un match comme" ce huitième de finale du Mondial contre l'Uruguay, samedi au Maracana (20H00 GMT).

Q: Le match est caractérisé par l'absence de Luis Suarez, dans quelle mesure cela influe sur le match?

R: "Nous avons toujours étudié l'Uruguay en équipe, dans son ensemble, nous connaissons leurs forces, c'est un adversaire redoutable, une équipe et un coach très expérimentés, qui travaille depuis huit ans."

Q: Mais son absence change-t-elle vos plans?

R: "Nous savions que cette situation pouvait se produire. Mais nous avons beaucoup de respect pour l'Uruguay. Moi je suis très occupé avec la Colombie, avec nos problèmes, nos blessures."

Q: Pouvez-vous au moins nous donner votre opinion sur sa suspension?

R: "Écoutez, c'est une question très sensible, mais nos préoccupations concernent l'Uruguay en temps qu'équipe, c'est tout."

Q: L'Uruguay est-il favori?

R: "Pour nous le défi est relevé, connaissant la valeur et l'expérience de notre adversaire. Nous devons montrer que nous sommes compétitifs et que nous pouvons battre l'Uruguay. J'y crois, nous attendons beaucoup de ce match, nous avons toujours voulu jouer un match comme celui-là. Il ne faut pas perdre notre optimisme ni notre foi en nos qualités."

Q: Selon vous, quelle sera la clef du match?

R: "Mais tout. Chaque situation est importante: comment on gère le ballon, comment on profite de ses occasions, bien défendre, avoir la capacité de prendre les bonnes décisions... Nous devons nous imposer, en apportant la conviction de chacun d'entre nous."

Q: Quels sont les point forts de l'Uruguay?

R: "C'est une équipe qui travaille dur, très régulière, tous les joueurs se connaissent, le coach a créé un groupe solide. Ils peuvent marquer à tout moment, même quand ils sont dominés. Ils n'abandonnent jamais. Après leur quatrième place en 2010 (au Mondial, ndlr), ils ont encore gagné la Copa America (2011) ils devaient gagner et l'ont fait, ils ne sont jamais rassasiés. Ce n'est pas facile de se répéter dans le foot."

Q: Faire tourner contre le Japon (4-1) a-t-il permis de régénérer le groupe?

R: "Vu les circonstances (Colombie déjà qualifiée, ndlr), nous avons changé. J'ai aimé ce dernier match, nous avons réussi à gagner avec beaucoup de changements. Il fallait prendre une décision, c'était important de montrer que nous avions beaucoup de bons joueurs."

Q: Pouvez-vous expliquer l'enthousiasme généré par cette équipe en Colombie, qui peut dépasser l'équipe de 1990, qui avait atteint les 8e de finale?

R: "C'est simple, les gens savent que cette équipe joue à son niveau, qu'elle a toujours travaillé, nous donnons toujours 100%. Nous avons beaucoup de pression, car nous n'étions pas à la Coupe du monde depuis très longtemps. Mais nous devons garder notre calme, nous savons que ce sera un match difficile."

Propos recueillis en conférence de presse.

eba/jta

PLUS:hp